Festival : la compagnie Kunde file au MASA au pas du makunè

0

La compagnie Kunde a servi au public de Douala, un spectacle haut en sons, en danse makunè, le vendredi 23 février 2018.

La compagnie Kunde a servi au public de Douala, un spectacle haut en sons, en danse makunè, le vendredi 23 février 2018.

Kunde, au pas du makunè.

Elle jouera en off sur les scènes du Marché des Arts du Spectacle africain -MASA- 2018. Mais la compagnie Kunde –liberté en langue bassa- y voit une aubaine pour relever ce challenge. Sous l’initiative de l’association Mbog Lia’a, sa douzaine de danseurs  a offert une mise en bouche du spectacle du MASA au public camerounais. C’était le vendredi 23 février 2018à l’Institut français de Douala.

Que serait la danse camerounaise sans le ‘‘makunè’’ du peuple Bassa? Des jeux d’épaules qui se trémoussent posément.Des pieds qui effectuent de petits bonds accompagnés d’une gestuelle élégante du corps. Quelle beauté ! Le makunè est aux pieds ce qu’un bon tailleur est à la femme. A côté de cette danse  difficile à exécuter, la Cie Kunde a vibré sur le ‘‘mahongo’’, le ‘‘nkouk’’ et ‘‘l’assiko’’. Des danses entraînées aux sons du tam-tam, du tambour, d’une percussion nommée «bèndè». Rien n’est joué au hasard. Chaque tape sur un instrument traduit un message précis.

Le show de Were Were Liking

Sur scène, on voit des guerriers, des danseurs, des griots, des chanteurs. Ce sont tout simplement des artistes. Ils puisent dans l’essence des us et coutumes bassa, toute l’énergie et la force pour exprimer et défendre une cause. «Dans la première scène, nous avons parlé d’amour, résume Frank Joseph Ngouma, chef d’orchestre du groupe. Nous avons démontré comment on peut sortir de plusieurs horizons différents mais vivre ensemble. Vous avez constaté que sur scène, nos personnages étaient des cuisiniers, des électriciens, des docteurs, des hommes politiques, mais tous ont dansé au même diapason. La deuxième scène c’est la liberté, la fin de l’esclavage. C’est l’Afrique qui arrache son indépendance

La compagnie Kunde a servi au public de Douala, un spectacle haut en sons, en danse makunè, le vendredi 23 février 2018.

La Cie Kunde s’arme pour le MASA.

Le meilleur de la soirée est certainement la fusion du groupe avec la légende de la culture africaine, Were Were Liking. Sur l’estrade, la prêtresse camerounaise danse, fait des contorsions. A croire que la canne avec laquelle elle se déplace n’est que pure décoration. Were Were Liking  est revenu au bercail pour accompagner le Kunde sur la route du MASA. «Je leur apprends que pour prétendre au professionnalisme, il faut travailler 12h à 16h par jour. Je leur apprends aussi à accepter les critiques parce que rien n’ai jamais parfait», ponctue la marraine de l’évènement. Pour soutenir le Kunde, les humoristes Markus et Basseck Fils ont joué de leur art sur les planches de l’Institut français.

Valgadine TONGA

Share.

About Author

Leave A Reply