Menaces sécuritaires : couvre-feu dans les régions dites anglophones

0

Dans un message radio du 9 février 2018, le ministre délégué à la présidence de la République chargé de la Défense, Joseph Beti Assomo, recommande des mesures sécuritaires spéciales. Des mesures eu égard aux «renseignements précis faisant état d’attaques imminentes projetées par branche armée sécessionnistes et dirigées contre plusieurs villes et contrées» dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. Une attaque avec «appui de certains mercenaires en provenance du Delta du Niger».

Face à ces menaces de l’intégrité et de la souveraineté d’une partie du territoire nationale, le Mindef prescrit les mesures à prendre illico : «Mise en alerte des hommes,

Le Mindef, Joseph Beti Assomo.

Face à ces menaces de l’intégrité et de la souveraineté d’une partie du territoire nationale, le Mindef prescrit les mesures à prendre illico : «Mise en alerte des hommes, orienter  les patrouilles offensives en direction des voies menant au  Nigéria, instauration d’un couvre-feu total entre 20h et 06h, en relation avec les autorités administratives locales.» Joseph Beti Assomo recommande aux gouverneurs des deux régions d’accroître les recherches et les renseignements et de lui «rendre compte sans délai de votre action pour exécution des présentes mesures».

Le gouverneur de la région du Nord-ouest, Adolphe Lele Lafrique a pris la mesure de l’urgence. Dans une décision du 10 février courant, il interdit «le mouvement des personnes et des biens» sur son territoire de commandement, pendant une semaine «renouvelable». La mesure a pris effet dès le 10 février 2018. Le couvre-feu s’applique également aux snack-bars, boites de nuit, les bus de transport, les garages, les mototaxis. «Cette mesure ne concerne pas les autorités administratives, les forces de l’ordre, les personnes et les véhicules en possession des autorisations spéciales de circuler et les ambulances.» Cette mesure spéciale sécuritaire devrait être respectée à la lettre. Tout contrevenant «devra être poursuivi selon les lois et réglementations en vigueur».

Pour neutraliser les barbaries des sécessionnistes et les menaces exogènes, une parfaite collaboration de toute la population est nécessaire. Les jeunes sont interpellés. Dans son discours du 11 février 2018 à la faveur de la 52ème édition de la fête de la jeunesse, le Chef de l’Etat martelait à souhait: «Soyez des internautes patriotes qui œuvrent au développement et au rayonnement du Cameroun, non des followers passifs ou des relais naïfs des pourfendeurs de la République. Le Cameroun de demain, qui se construit sous nos yeux, n’aura plus grand-chose à voir avec celui d’hier. Vous en serez les premiers bénéficiaires

Daniel NDING  

Share.

About Author

Leave A Reply