Lettre ouverte : Dynamique mondiale des jeunes écrit à Paul Biya

0

Dans une correspondance adressée au chef de l’Etat, l’organisation non gouvernementale DMJ propose une thérapie pour sortir le Cameroun de la crise sociopolitique.

Entre son peuple et lui, il y a un grand fossé. Tout simplement parce que le président de la République Paul Biya se réfère toujours à ses proches collaborateurs pour régler les problèmes de ses concitoyens. C’est du moins le contenu d’une lettre adressée au chef de l’Etat le 17 octobre 2017 par l’organisation non gouvernementale Dynamique mondiale des jeunes (DMJ). Qui constate qu’il existe beaucoup d’intermédiaires entre le peuple camerounais et son élu. « La classe dirigeante montre de sérieuses difficultés à répondre efficacement à la demande sociale. La classe politique a littéralement perdu la confiance du peuple », écrit Dupleix Kuenzob, le secrétaire exécutif de l’association.

«Que tous ceux qui ont pris les armes, qui exercent des violences ou qui incitent à la violence, soient combattus sans relâche», dixit le président dans son traditionnel discours, ce 31 décembre 2017 au peuple Camerounais.

Paul Biya s’adresse au peuple Camerounais (Archives).

Pour DMJ, les émissaires de Paul Biya, tous, sans exception, ont perdu toute crédibilité aux yeux de la population. L’expérience a prouvé que ces représentants ne remontent pas toujours la bonne information au chef de l’Etat. « Les informations ascendantes ou descendantes sont perverties à chaque palier de la chaîne des intermédiaires », relève le secrétaire exécutif dans la correspondance dont Lavoixdukoat a eu copie. Parce que les doléances des populations ne sont pas prises en compte, un climat délétère gagne le Cameroun tous les jours. Tout en appelant à un dialogue structuré entre le peuple et ses dirigeants au lendemain des émeutes de la faim en 2008, DMJ dit avoir déjà décrié le trop d’intermédiaires entre le chef de l’Etat et son peuple.

Un dialogue inclusif et structuré

Ses propositions n’avaient malheureusement pas été prises en compte. L’insécurité à l’Est, les attaques terroristes à l’Extrême-Nord et la crise dans les régions anglophones du Cameroun, sont les principales raisons qui lui ont poussé à revenir dix ans plus tard avec des modalités pratiques liées au dialogue direct qu’elle a toujours privilégié. Le diagnostic du malaise politico-sociale et économique du Cameroun étant longtemps connu, il y a lieu de passer à la thérapie. La demande d’un dialogue inclusif et structuré, est présentée par DMJ comme la voie idoine, une sorte de sociothérapie qui peut sortir le Cameroun de l’imbroglio.

Dans la lettre ouverte au chef de l’Etat, Caroline Claire Yankep, la présidente de DMJ et son équipe font des suggestions visant à réussir ce dialogue. Les intermédiaires sont d’office exclus de la liste des propositions. La démarche de Dynamique mondiale des jeunes, si elle est adoptée, se veut directe et sans langue de bois. L’objectif étant de renforcer la confiance entre le président de la République et son peuple. « En effet, la crise de confiance qui perdure entre le peuple et les intermédiaires par lesquels l’on devrait logiquement passer pour atteindre le sommet de l’Etat est telle que le dialogue inclusif, s’il n’est pas direct, n’accouchera rien d’autre qu’un renforcement et un durcissement à terme de la colère du peuple atone», prévient Dynamique mondiale des jeunes.

«Souffre-douleur» 

Pour réussir ce dialogue, l’association recommande un contact direct et moins événementiel, moins protocolaire et moins théâtrale entre le président de la République et tous les principaux maillons de la vie nationale qui, « malgré leur maîtrise des enjeux et défis préoccupants, n’auront que rarement l’opportunité marginale de contribuer par leurs idées ou leurs compétences au progrès de tout le pays parce que relégués à un rôle quelconque de faire-valoir ou de souffre-douleur ». Plusieurs acteurs devront donc être conviés à la table des discussions. Parmi eux, des chefs traditionnels de tous les degrés qui viendront parler de leur rapport avec l’administration publique, des questions foncières, de désenclavement, d’électrification et d’hydraulique villageoise. Devront également prendre part au dialogue, la communauté religieuse, les opérateurs économiques, les maires, entre autres. Chacun devra soulever tous les maux qui minent son secteur d’activité et proposer des solutions concrètes pour y remédier. Le dialogue avec toutes ces personnalités pourra se dérouler en trois heures seulement.

Dans une correspondance adressée au chef de l’Etat, l’organisation non gouvernementale DMJ propose une thérapie pour sortir le Cameroun de la crise sociopolitique

Peter Mafany Musongue, Président de la Cnpbm

Ce dialogue national devra être piloté par la Commission national pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme (Cnpbm). DMJ propose que la Cnpbm assure le rapportage de l’ensemble du processus du dialogue structuré. Son rapport devra être publié en anglais et en français en version papier et sur les sites web de la Présidence, du premier ministère, de l’administration territoriale et des ministères des différents segments et secteurs donc auront été issus les groupes reçus par le chef de l’Etat. «Nous imaginons donc que dans ce dernier trimestre de l’année 2017, en dehors de son calendrier diplomatique, le président reçoive et discute avec ses concitoyens structurés », espère Dynamique mondiale des jeunes.

Didier NDENGUE

Valorisation : La jeunesse veut encore rêver

Le 27 mars 2017 plus tôt, Caroline Claire Yankep était montée au créneau après  le sacre des Lions Indomptables à la Coupe d’Afrique des Nations Gabon 2017. On se souvient que le trophée ramené par l’équipe nationale de football masculin avait fait l’objet d’une tournée nationale. La caravane a suscité une ferveur populaire et une forte mobilisation. Ce qui a engendré une communion au sein de l’opinion nationale, et notamment au sein de la jeunesse. Au regard de cet engouement, Dynamique mondiale des jeunes (DMJ) pense que cette flamme peut être entretenu si le gouvernement se tourne aussi vers d’autres secteurs où de nombreuses victoires sont également enregistrées à longueur des années au pays et dans la diaspora, tant dans les domaines de la recherche scientifique que technique, médical, agricole, artistique et culturel, scolaire et académique. « Capitaliser les prouesses de nos héros, savants, inventeurs et génies constituerait une source d’inspiration pour de nombreux jeunes qui aspirent à faire davantage connaitre leur savoir-faire », écrit la présidente de DMJ. Plus loin, Caroline Claire Yankep croit qu’en célébrant les autres héros camerounais qui se distinguent dans leurs domaines, cela va incontestablement réveiller d’autres génies créateurs. L’effet étant de féconder des talents et d’entretenir en permanence cette flamme patriotique nationale et le sentiment d’appartenance.

D.N.

Share.

About Author

Leave A Reply