Miss Cameroun 2018 : Une candidate exige l’annulation de l’élection

0

Le conseil de Caroline Biloa Kounou a également saisi le Tribunal de Première Instance de Yaoundé pour la suspension du mandat de la Miss.

Le conseil de Caroline Biloa Kounou a également saisi le Tribunal de Première Instance de Yaoundé pour la suspension du mandat de la Miss.

Caroline Biloa Kounou.

 Dans un communiqué rendu public le lundi 15 janvier 2018, le cabinet d’avocats Essimi annonce une plainte devant le Tribunal de Grande instance de Yaoundé. Il demande l’annulation de l’élection de Miss  Cameroun 2018 «pour fraude, entrave à la concurrence et doutes sur la nationalité camerounaise unique de la Miss Cameroun 2018». Au niveau du Tribunal de Première instance de Yaoundé, le conseil de Caroline Biloa Kounou dit avoir saisir le juge des référés pour «la suspension du mandat et des activités de Miss Cameroun 2018, jusqu’à ce qu’il soit définitivement jugé sur la validité de l’élection contestée

Le recours aux juridictions étatiques signifie que l’arrangement à l’amiable n’a pas été concluant. L’huissier de Justice, Me Jean René Biwolé avait recommandé, le 3 janvier, une «sommation amiable de réparer» à la plaignante et à  «Amougou Ingrid Solange, présidente du Comica ; Abate Claude président du jury de l’élection Miss Cameroun 2018 ; Me Mah Ebenezer, huissier instrumentaire du concours Miss Cameroun 2018

Caroline Biloa Kounou, candidate au concours -et 2ème dauphine de la région du Centre- accuse le Comité d’organisation de Miss Cameroun, Comica, de l’avoir évincé de la course à la couronne. Le soir de l’élection, «le président du jury a publiquement lu sur le podium les numéros composant le Top 12 : 1, 2, 5, 7, 9, 10, 11, 12, 16, 18, 20, 25.  Ensuite, les membres du Comica étaient chargés d’aller chercher les heureuses élues dans les vestiaires insonorisés… Toutes les candidates du Top 12 ont été conduites sur le podium pour présenter les projets qu’elles entendaient mener si elles étaient élues, à l’exception de Caroline Biloa Kounou. Qui n’a par ailleurs pas été avisée par les membres du Comica dans les vestiaires de sa sélection. Elle s’est vue frauduleusement remplacer par une autre candidate nommée Fokou Loriane arborant le brassard 19», lisait-on dans la sommation de l’huissier de Justice.

Le conseil de Caroline Biloa Kounou a également saisi le Tribunal de Première Instance de Yaoundé pour la suspension du mandat de la Miss.

Ingrid Solange Amougou, Présidente du Comica.

Ingrid Amougou avoue

Le Comica a d’ailleurs reconnu la fraude, du moins, c’est ce que révèle le communiqué du cabinet d’avocats. Au nom de la sommation de réparer, les parties se sont retrouvées le samedi 6 janvier au cabinet d’avocats  Essimi. Le conseil de la plaignante relate dans son communiqué : «Amougou Ingrid Solange a reconnu qu’en l’empêchant –la candidate– de se présenter sur le podium pour présenter son projet…le Comica avait causé un important tort à Biloa Kounou Caroline, et en a profité pour lui présenter les excuses du Comica

Concernant le volet indemnisation, Ingrid Solange Amougou a «sollicité un délai de quelques jours pour faire une proposition concrète d’indemnisation à la victime, et les parties ont convenu d’une nouvelle rencontre à cette fin, le 11 janvier 2018.» Hélas ! La présidente du Comica n’a pas honoré le rendez-vous et n’a «plus donné de nouvelles.» Ce qui a incliné Carole Biloa Kounou à se replier vers les instances judiciaires. Son conseil annonce une conférence de presse dans les prochains jours.

Valgadine TONGA  

Share.

About Author

Leave A Reply