Sud-ouest : Une ‘‘ rumeur ’’ crée la pagaille

2

Qu’est-ce qui s’est passé  dans la région du Sud-ouest ce lundi 15 janvier 2017 ? Jusqu’à présent, les avis divergent. Ce que l’on sait c’est qu’il y a eu un vent de panique dans les villes en matinée. Les vidéos partagées sur les réseaux sociaux présentent des élèves qui quittent les écoles en masse. «Ce matin les étudiants faisaient cours à l’Université de Buea», nous raconte un enseignant joint par téléphone. «Entre temps, on entend des rumeurs selon lesquelles les assaillants sont allés au lycée bilingue de ‘‘Mougna’’’ (dans la ville de Muea au niveau du grand marché). Il parait que les assaillants ont chassé les élèves et ont menacé d’arriver à l’Université de Buea ainsi qu’au grand lycée bilingue de Buea. C’est alors que les parents accouraient dans les écoles pour récupérer leurs enfants. A l’université où j’étais, la plupart des étudiants sont rentrés», narre l’interlocuteur.

Qu’est-ce qui s’est passé dans la région du Sud-ouest ce lundi 15 janvier 2017 ? Jusqu’à présent, les avis divergent. Ce que l’on sait c’est qu’il y a eu un vent

Buea militarisée (Archives).

A l’origine de ce mouvement de panique, «sur les réseaux sociaux, on lisait que les assaillants exigent le respect des villes mortes qu’ils ont lancées. Après ce mouvement, la ville était morte, les commerces fermés. On ne sait pas qui sont-ils. On sait juste qu’ils convoquent la ville morte chaque lundi. La semaine dernière, c’était sur trois jours mais il paraît que cette semaine, ils n’ont calé que la date de ce lundi. Ils veulent la libération des leaders ambazoniens. On ne sait pas s’il s’agit des sécessionnistes parce qu’on ne les a pas vus.» Difficile jusqu’ici d’affirmer si oui ou non, les assaillants ont fait irruption dans les établissements. Une psychose tenaille la population.

Le gouverneur de la région, Bernard Okalia Bilaï  a immédiatement signé un communiqué. Il y dénonce «des actes malveillants qui ont été diffusés depuis la fin de la matinée par des individus malveillants au sujet de prétendues attaques d’écoles. L’intention manifeste de ces rumeurs est de prendre une fois de plus l’éducation de nos enfants en otage.» Le gouverneur du Sud-ouest «appelle la population et surtout les parents, les étudiants, les enseignants et le monde des affaires de la Région à rester calme et à éviter toute panique inutile résultant de ces actes d’intoxication visant à manipuler l’opinion publique et à créer une atmosphère d’insécurité autour des établissements d’enseignement.» Bernard Okalia Bilaï exhorte le public à faire preuve de «responsabilité civique et à éviter toute action susceptible de contribuer à cette campagne de désinformation.» De même, le gouverneur compte sur la «compréhension et la collaboration positive des parents, des administrateurs scolaires, des enseignants, des étudiants et des leaders d’opinion locaux pour se lever comme une personne et refuser de rester victimes de ces actes malsains de manipulation et d’intoxication

Valgadine TONGA  

Share.

About Author

2 commentaires

  1. Bsr, Val. La ville en question s’appelle MUÉA. Mais, contrairement à BUÉA on prononce « Mougna ». Donc tu as usé d’une orthophonie pour désigner cette ville située juste après Mile 17th.

Leave A Reply