Etonde Etonde : Un ‘‘Esprit’’ en route pour la présidentielle 2018

0

Âgé de 39 ans, Jean Patrice Etonde Etonde est un mordu des affaires. Qui veut être des challengers de Paul Biya en 2018.

Il a du chic pour les affaires. Ça lui colle d’ailleurs à la peau. Quand on visite le parcours de Jean Patrice Etonde Etonde, on comprend bien de choses.  Déjà tout petit, il pensait des petites affaires pour se faire quelques sous. Un comportement qui lui a valu le surnom de «Money». Après le collège, il est face à un dilemme : continuer ses études, faire carrière dans le football avec le club de Aigle de Nkongsamba, faire boxe thaï avec l’écurie kick-boxing de l’Unité ou continuer le tennis et la boxe anglaise pour une société pétrolière à Douala. Sans grande surprise, il se lance dans les affaires. Il commence par créer une compagne de taxi dénommée  Doultax. Quelques mois plus tard il monte sa deuxième compagnie ‘‘Es Dream Life’’  spécialisée dans l’approvisionnement des navires, dépannage électrique, plomberie, froid et climatisation pour les établissements bancaires et les prestations de services divers. Il emploie plus de cinquante personnes en permanence.

Âgé de 39 ans, Jean Patrice Etonde Etonde est un mordu des affaires. Qui veut être des challengers de Paul Biya en 2018. Il a du chic pour les affaires.Alors que ses activités tournent à plein régime, le jeune homme d’affaires dévoile son attirance pour la politique. Jean Patrice Etonde Etonde mène des actions sociopolitiques. Après les émeutes de la faim de février 2008, il est contraint de quitter le Cameroun. Ses proches expliquent alors qu’il était «une cible du système. Il sera délesté de son empire et de toutes ses économies.» En Europe, Etonde Etonde se met à l’école du «management, la compétitive intelligence, le commerce du luxe, la nanotechnologie de la communication, la médiation de guerre, la négociation, la cybersécurité, la politique, et l’économie»  informe-t-on. Son sens des affaires lui donne de directement rebondir sur ses jambes. Son côté polyglotte poussé –il parle le japonais, l’espagnol, l’anglais, l’arabe, le portugais, des langues de l’Ouest, le douala, le fang, le bassa, le peul, le baka, le bamenda et le mboh-  lui sont d’un grand apport.

‘‘Eau pour tous horizon 2020’’ 

Celui qui veut concourir la magistrature suprême est un véritable touche-à-tout. Son entourage confie que «de tous les boulots qu’il a fait, il a beaucoup plus aimé l’hôtellerie de luxe qu’il a fait durant deux années en gravissant tous les échelons : de bagagiste intérimaire à conseiller de directeur des plus grands palaces du monde à Genève. Tour à tour il a fait de la plonge, aide cuisinier, service banquet au service, responsable banquet, service d’étage, assistant DRH, responsable des superviseurs. Ce travail a été le sommet de sa formation. Il côtoie les grands de ce monde, les rois, des présidents, des riches hommes d’affaires, des imminences grises, des hommes politiques, des prix Nobel, des hommes de cultures.» De retour au bercail, il se lance à la fois dans le  BTP, l’immobilier, les mines, la santé, l’éducation, l’agriculture, l’élevage, la défense, les télécoms, les transports et logistique. Il promeut l’entreprenariat. «Il est le porteur du projet ‘‘Eau pour tous horizon 2020’’ ; autosuffisance énergétique du Cameroun avec des financements de plusieurs centaines de milliards de dollars qu’il a pu lever auprès des fonds privées. Il est à la tête de plusieurs entreprises et copropriétaire de plusieurs autres dans le monde. Il est promoteur des projets immobiliers…»

Il y a de quoi ses proches doivent le surnommer «Esprit,  Ghost, Cerveau, El Padrino». A 39 ans (il est né en 1979 dans la localité de Nkongsamba, d’origine modeste, d’un père instituteur, et d’une mère comptable) Jean Patrice Etonde Etonde pilote le projet ‘’Silicon Mountain’’ «qui est la construction du plus grand incubateur africain dans la région de Buea au Sud-ouest du Cameroun, afin de permettre au jeune de capitaliser leur savoir-faire dans les nouvelles technologies, lui-même passionné de l’informatique et des nouvelles technologies.» C’est cet homme pluridisciplinaire qui veut se lancer aujourd’hui à la course pour la présidentielle de 2018. Il ne milite au sein d’aucune formation politique. Il se dit par ricochet «libre dans son jugement et dans ses avis souvent très critique vis-à-vis de la classe dirigeante qui est inerte, sans compétence et sans vision pour le développement du Cameroun

V.T.

Share.

About Author

Leave A Reply