Face aux sécessionnistes : La jeunesse fait bloc derrière les forces de défense

0

Les principaux regroupements des jeunes du Cameroun condamnent avec la dernière énergie les violences perpétrées dans le Nord-ouest et le Sud-ouest contre l’armée. Ils dénoncent également la manipulation et le recrutement forcé des leurs dans les rangs des séparatistes. Ils en appellent aussi à un dialogue franc, sincère et impliquant la jeunesse.

Les principaux regroupements des jeunes du Cameroun condamnent avec la dernière énergie les violences perpétrées dans le Nord-ouest et le Sud-ouest contre l’armée. Ils dénoncent également la manipulation et le recrutement forcé des leurs dans les rangs des séparatistes. Ils en appellent aussi à un dialogue franc, sincère et impliquant la jeunesse.

Pendant la rencontre.

Trois mouvements de jeunes et pas des moindres, se sont prononcés pour la première fois, sur la crise qui secoue actuellement les régions dites anglophones du Cameroun depuis 2016. A l’initiative de l’Association de la Jeunesse Républicaine du Cameroun (AJRC), le Conseil national de la jeunesse du Cameroun (CNJC) et le Mouvement Jeunes, Citoyens et Patriotes, ont tenu une conférence de presse le 19 décembre 2017 à Douala pour donner leur position sur les tensions sociopolitiques dans les régions anglophones de leur pays et proposer des pistes de solutions pour y remédier. Pour prouver leur attachement aux emblèmes nationaux et démontrer que leur pays est « un et indivisible  et non un foyer des tensions », les couleurs du drapeau national (vert, rouge, jaune) embellissaient la salle de réunion. Les travaux débutent par l’hymne national et une minute de silence en mémoire des soldats assassinés dans les contrées concernées depuis le début des hostilités est observée.

Mais cet élan de patriotisme et de solidarité n’éloigne pas le panel, constitué de ressortissants francophones et anglophones, des revendications du début. C’est-à-dire celles portées par les avocats et les enseignants grévistes anglophones, qui dénonçaient la « francophonisation » des systèmes juridiques et scolaires du pays. Les mouvements jeunes réunis dans la capitale économique camerounaise invitent les pouvoirs publics à trouver des solutions durables à toutes ces revendications et à libérer toutes les personnes incarcérées dans le cadre de cette crise.

Des revendications légitimes au terrorisme

Notons que leurs revendications, appuyées par les partis politiques de l’opposition et plusieurs organisations de la société civile, avaient été jugées légitimes par les pouvoirs publics. Aujourd’hui, les associations des jeunes ne comprennent pas comment les grèves des robes et des hommes de craie se sont traduites par des mouvements sécessionnistes, alors que le gouvernement n’a jamais fermé les portes des négociations. Plusieurs solutions ont même d’ailleurs été trouvées à leurs problèmes. Mais la nouvelle tournure des événements qui a déjà causé la mort de plusieurs civils et militaires dans ces régions laisse les associations des jeunes perplexes.

Les affrontements sanglants ne font que se perpétuer causant la fuite des populations au Nigeria voisin. Le plus grave est que les séparatistes affrontent et égorgent les soldats. Toute chose que le chef de l’Etat Paul Biya ne digère pas, ainsi que Serge Angoni, coordonnateur national de l’Association de la Jeunesse Républicaine du Cameroun (AJRC). « Nous les jeunes de la Jeunesse Républicaine, nous condamnons fermement tout ce qui se passe contre nos forces de défense, toutes ces attaques qui sont diligentées contre notre cher et beau pays le Cameroun. Nous disons non à cette instrumentalisation de la jeunesse », condamne-t-il.

« 2, 5 millions emplois »

 « Nous avons des jeunes disposés à travailler, à œuvrer pour la reprise d’une situation normale dans les zones anglophones et à apporter leurs contributions pour le développement, parce que nous avons des solutions », croit Serge Angoni. Ce dernier propose la création d’un Centre d’intelligence camerounais pour l’exploitation du génie. « C’est une opportunité unique qui va offrir 2, 5 millions d’emplois aux Camerounais et ça va permettre de résorber la question du chômage et faire reculer cette difficulté avec la question sécessionniste dans le volet terrorisme que nous vivons depuis quelques temps et que nous condamnons fermement », ajoute M.Angoni. Il travaille actuellement sur un méga événement qui devra mobiliser plus de 40 milles jeunes dans les prochaines semaines. « Nous en appelons aux pouvoirs publics de se retourner vers la jeunesse, de savoir que le génie n’a pas de circonscription, le génie n’a pas d’âge. Notre jeunesse a du génie, elle a du talent et nous, on est prêt », conclut-il.

Didier NDENGUE

Share.

About Author

Leave A Reply