Santé publique : Merci, Mercy Ship !

0

Depuis le 16 août 2017, il y a quatre mois, le navire médicalisé Africa Mercy a accosté au port de Douala, sur invitation du président camerounais Paul Biya. Ses missions étaient simples, soigner pendant 10 mois près de 4500 personnes atteintes des maladies dites rares et coûteuses. Il s’agit d’opérer et de réparer les déformations faciales, des mâchoires, des membres, faire de la chirurgie plastique et reconstructive, Orthopédique,  obstétricale, générale, ophtalmique et dentaire. Toutes des maladies de plus en plus fréquentes dans la société mais ne pouvant être prises en charge faute de moyens, de spécialistes et de plateau technique. Le bateau hôpital a trouvé sur place des malades qui avaient été sélectionnés et enregistrés trois mois plutôt à travers le pays par des équipes sous la supervision des responsables du bateau hôpital. Les critères essentiels de la sélection des patients étaient le niveau de complication de la maladie et l’extrême pauvreté du patient. Pour la simple raison que les soins sont entièrement gratuits.

Africa Mercy ne s’arrête pas aux soins de ces maladies, il procède également à la formation du personnel médical camerounais. Ce transfert de connaissance

Ceux qui ont eu la chance d’être sélectionnés ont le réel sentiment aujourd’hui d’être dans un Etat qui prend soin d’eux. Trois semaines après le début des prises en charge 30 patients avaient déjà bénéficié des chirurgies lourdes. 10 patients pour la chirurgie maxillo-faciale, 8 pour la chirurgie des fistules obstétricales et 12 pour la chirurgie orthopédique. Au sortir d’une mission d’évaluation intergouvernementale à bord du bateau le 14 septembre 2017, le ministre de la Santé André Mama Fouda s’exprimait en ces termes : « Quand je vois qu’une jeune fille marchait à reculons et qu’elle va aujourd’hui marcher droit avec ses pieds bien en place, c’est quelque chose d’extraordinaire ». C’est dire que les premiers résultats étaient déjà prometteurs, et cela se confirme aujourd’hui avec ces images d’un enfant au départ complètement courbé à cause des jambes repliés en cerceau, et qui se tient aujourd’hui debout et s’amuse aux cordes d’une balançoire. Des visages s’illuminent désormais grâce à cette œuvre humanitaire dont la nécessité était plus qu’impérieuse. Au regard de cette nécessité et de l’ampleur des besoins, le bateau hôpital a même créé d’autres sites pour offrir toujours gratuitement les soins dentaires, qui se donnent tous les lundis et jeudis. Il faut dire que les soins dentaires sont l’un des maillons faibles du secteur de la santé au Cameroun.

Venir en aide aux pauvres abandonnés

Plus important encore pour le secteur de la santé au Cameroun, Africa Mercy ne s’arrête pas aux soins de ces maladies, il procède également à la formation du personnel médical camerounais. Ce transfert de connaissance devrait permettre d’assurer la relève après le départ du bateau, ce qui est une autre aubaine quand on sait ce que coûte la formation d’un spécialiste dans l’un de ces domaines. Ce navire qui mouille aux larges des côtes camerounaises, Africa Mercy, est le plus récent des navires entrés en service chez Mercy Ships, une association non gouvernementale qui gère un navire-hôpital opérant dans les pays en voie de développement depuis 1978. Africa Mercy est entré en service au Liberia en juin 2007. C’est actuellement le plus grand navire-hôpital civil en service. Ses capacités d’action sont plus grandes que celles des trois précédents navires réunis. D’après une note d’information de l’Ong, 400 volontaires travaillent au quotidien dans ce bateau pour donner de l’espoir à ceux qui l’avaient déjà perdu, pour ramener la santé là où il n’aurait pas été possible de l’avoir autrement, pour venir en aide aux pauvres abandonnés.

Des volontaires qui pour la plupart se prennent en charge eux-mêmes pendant le temps de leur séjour à bord. L’Ong intervient sur invitation du pays d’accueil. Pour cette mission humanitaire au Cameroun, le gouvernement a consenti une dépense de 500 millions de francs Cfa, inscrite dans le journal des projets de la ville de Douala pour l’année 2017. Elle est l’une des rares initiatives du gouvernement qui aura rencontré la quasi-unanimité chez les Camerounais. Sauf de quelques médecins membres de l’association des médecins du Cameroun. Sur la page Facebook de cette association, le chirurgien Valentin Fokouo dénonçait le 1er mai dernier cette opération qu’il qualifiait de grosse insulte à la médecine locale. Pour lui, les pathologies prises en charge par le bateau humanitaire ne sont pas celles qui sont vraiment rares ou auxquelles la médecine locale ne peut vraiment pas apporter des solutions. Il pouvait avoir raison, mais l’aspect gratuit de l’opération lui avait échappé, car beaucoup de Camerounais porteurs de ces pathologies les trainent parfois toute leur vie faute de moyens de se faire ne serait-ce que consulter. En plus, rencontrer un spécialiste au Cameroun n’est pas aussi aisé que cela, du fait de leur rareté.

Au-delà de la polémique, il faut reconnaitre que la mission humanitaire de Africa Mercy se présente aujourd’hui comme un  cadeau inespéré de fin d’année pour ces patients et familles qui ont repris goûts à la vie. De quoi dire Merci à Mercy Ship.

Roland TSAPI

 

Share.

About Author

Leave A Reply