Incendie à l’ Assemblée nationale : La cause est accidentelle

0

C’est l’assurance du ministre de la Communication, Issa Tchiroma. Les déclarations du ministre sont sous réserve du rapport final des enquêtes, suite à l’incendie qui a ravagé une bonne partie de l’ Assemblée nationale.

C’est l’assurance du ministre de la Communication, Issa Tchiroma, sous réserve du rapport final des enquêtes. L' Assemblée nationale a été attaquée

Assemblée nationale. Le feu est passé par là.

Un violent incendie s’est déclaré dans la nuit du jeudi 16 novembre 2017, consumant la façade arrière du bâtiment principal de l’ Assemblée nationale du Cameroun. Président du Sénat, ambassadeur de la Chine, membres du gouvernement…sont descendus sur le terrain ce vendredi 17 novembre 2017 prendre la mesure de la gravité de la chose. Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement a voulu enterrer les soupçons d’une action criminelle qui commençaient à naître dans l’opinion. «Les indices à notre disposition aujourd’hui m’autorisent à dire que l’origine est accidentelle mais les enquêtes déjà en cours nous dirons ce qui s’est passé. Notre Assemblée nationale est 24h/24h sous très haute protection», a relevé Issa Tchiroma Bakary. Qui a tenu à «rendre hommage à nos forces de sécurité et à toutes les forces spécialisées qui ont mobilisées tous les moyens disponibles pour venir à bout de cet incendie

Le bilan indique qu’il n’y a heureusement pas eu de perte en vies humaines. Cependant, les dégâts matériels sont énormes. Les cinq étages du bâtiment de l’immeuble principal de l’ Assemblée nationale ont été ravagés par la furie des flammes. Le 1er Vice-président de la Chambre basse du parlement a vu son bureau brûlé. Les bureaux du Social democratic front, logés au 4ème étage et où se trouvaient la documentation du parti ont été réduits en cendre. Bref, ce sont des archives inestimables de l’histoire du Cameroun qui ont été ensevelies par les flammes.

Ce grave incendie arrive au moment où l’ Assemblée nationale est en pleine session budgétaire. La session de novembre –ouverte le 14 novembre courant- est notamment consacrée au vote du budget de l’exercice 2018. Les travaux devraient reprendre le lundi 20 novembre 2017. C’est du moins le souhait du ministre du Travail et de la Sécurité, Grégoire Owona. S’exprimant au nom du Vice-premier ministre, ministre délégué à la présidence chargé de relations avec les assemblées, Grégoire Owona a déclaré au micro de la Crtv : «C’est très dommage et très regrettable de voir ce lieu que je qualifierai d’historique dans cet état. Vivement qu’on puisse reprendre les travaux de la session. On espère que d’ici lundi matin, les choses vont être remises en ordre pour qu’on puisse reprendre les travaux.» Issa Tchiroma promet que «notre gouvernement mobilisera les moyens disponibles pour que cette session se déroule comme si de rien n’était

Valgadine TONGA

Share.

About Author

Leave A Reply