Mode : Ayissi Nga, le Camerounais qui habille Singuila

0

Le styliste franco-camerounais Joseph-Marie Ayissi Nga fait la fierté du Cameroun en Europe.  A partir de ses multiples créations, il valorise l’Afrique en miniature.

Le styliste franco-camerounais Joseph-Marie Ayissi Nga fait la fierté du Cameroun en Europe.  A partir de ses multiples créations, il valorise l’Afrique en miniature.

Collection Wazal couture.

Sur le site Internet de Wazal Couture, sa maison de création, on aperçoit des vêtements qui portent carrément le nom : « Ova Tété ». Qui signifie aspirer à la grandeur dans l’argot camerounais. « Ova veut dire plus grand, quelqu’un de noble. Et Tété veut dire chic, bourgeois. Le chic est généralement utilisé pour qualifier l’allure qu’un vêtement sur celui ou celle qui le porte », explique Joseph-Marie Ayissi Nga. Ses vêtements sont chics et prisés par ceux qui savent s’habiller et aiment porter des vêtements modernes et bien coupés. Comme le « Rossignol » Singuila. Les connaisseurs qui se rendent dans les boutiques Wazal Couture peuvent se rendre compte que le franco-camerounais met un point d’honneur sur la qualité. « Les matières utilisées pour ma collection sont le wax aussi appelé imprimé africain et le bazin. Ce sont des matières qu’on trouve au Sénégal ou au Mali ; le cuir d’agneau ». Des matières nobles selon le styliste qui veut prendre un train d’avance de dix ans sur ses concurrents. «Je préfère être en avance car vu l’évolution de la mode, les codes changent d’année en année ainsi que le style ».

Les vêtements  Wazal ont été fabriqués dans l’atelier «Fil de Paris vêtements» de Vanessa Ruiz, qui a formé Joseph-Marie Ayissi Nga en 2013. «J’ai fait du modélisme, du patronage et du moulage sans oublier du prototypage. Ma collection a été pensée et travaillée dans les moindres détails pour vous offrir un rendu exceptionnel. Certaines pièces ont été faites à la main comme le modèle tunique en Wax avec des cravates sur les côtés », ajoute celui qui rend hommage au parc naturel de Waza au Cameroun à travers ses créations.

Bio express

De nationalité franco-camerounaise, Joseph-Marie Ayissi Nga alias ‘‘JJ Du Style’’ est un créateur de vêtements Streets chics. Ce fils de couturier  suit les traces des pionniers camerounais de la mode comme Imane Ayissi ou encore Martial Tapolo. Il crée  «Wazal» sa ligne de vêtements en 2005. En 2006, le jeune homme lance ses premiers modèles qui sont portés par certaines célébrités telles que : Singuila, Alpeco, Wayne Beckford, Romaric Koffi et Lalcko. Il présente cette marque comme un assemblage de ‘‘Waza’’, nom d’un parc naturel au Cameroun et de la lettre ‘‘L’’ de Lion, animal symbole du pays de ses ancêtres. Le parc naturel inspirant le respect, explique Ayissi, et le lion la puissance. Wazal Couture  exprime donc un univers fashion sport dans une recherche permanente de matières, styles et créativité.

Dans des mélanges de couleurs comme le noir, l’orange, le bleu, l’écru et divers imprimés, il y ajoute des touches de matières telles que le coton pur, le molleton, le jean, le wax, le milano, le cuir et de la fourrure synthétique sous divers motifs. Ce pur produit de l’école de mode Vanessa Ruiz à Paris, se spécialise dans la création des vestes smoking. La première voit le jour en 2013 sous la déclinaison  « Braguette Tété ». En 2013, il fait partie des invités de l’ambassadeur du Cameroun à Paris pour l’exposition de la fête de la jeunesse camerounaise, puis à la Fashion Night à l’Elysée Lounge de Paris, où il présente ses trois concepts : WazalRock, Braguette Tété et Africafutur. Ces concepts s’appuient sur des critères qui ont depuis le début symbolisés son parcours : Audace, Respect et Création. A l’en croire, les «coupes Wazal sont futuristes et modernes, suivants les dernières tendances d’aujourd’hui ».

Didier NDENGUE   avec Wazal Couture

INTERVIEW

Joseph-Marie Ayissi Nga : « Je veux créer une école de mode au Cameroun »

Jean-Marie Ayissi Nga

À qui sont destinées vos créations ?

Mes créations sont destinées aux femmes et aux hommes selon leur morphologie de 20 à 40 ans. Je fais des ventes en ligne. Je fais aussi des modèles sur mesure pour une clientèle particulière. Le contact de mon site www.wazalshop.com

Combien de vêtements confectionnez-vous chaque année?

Chaque année, je travaille sur une collection. Je fais des pièces uniques. C’est grâce à mes pièces uniques que j’ai eu une nomination au Beffta Awards 2016. Et c’est coûteux de faire des pièces uniques. C’est pour cela que je n’en fais que dix pièces chaque année.

Quels sont les obstacles que vous rencontrez au quotidien ?

J’ai eu la chance d’être soutenu par  ma famille côté finance et morale. Donc je ne rencontre pas assez de difficultés grâce à ce soutien.

Combien de personnes employez-vous actuellement ?

Je travaille avec trois directrices de communication au Cameroun, à Paris, et à Londres. Je travaille avec monsieur Daive pour les fabricants de prêt à porter. Pour le haut de gamme, je travaille avec Vannesa Ruiz. On monte les pièces à deux.

Comment s’est faite votre rencontre avec le chanteur Singuila? Comment s’est tissée votre amitié?

La rencontre avec Singuila s’est faite facilement avec son producteur. C’est un ami de Sarcelles. À part ça, j’ai l’habitude d’aller dans des évènements avec mes produits sur la main. Comme mes produits sont créatifs, ça séduit plus les artistes. Je dirai que j’ai plus de facilité.

Le styliste franco-camerounais Joseph-Marie Ayissi Nga fait la fierté du Cameroun en Europe.  A partir de ses multiples créations, il valorise l’Afrique en miniature.

Pourquoi utilisez-vous une bande dessinée pour vendre votre marque Wazal?

Une bande dessinée pour faire la différence comme j’aime les défis, et aller au delà de mes limites. Choses que je fais déjà sur mes créations.  Ma bande dessinée « La Légende de Wazal » parle de mode, de la royauté qu’on valorise moins, des accessoires, des tissus, de l’architecture des rituels, la richesse culturelle. J’aime  toujours aller au delà de mon imagination.

Que comptez-vous faire de la bande dessinée « La Legende de Wazal » une fois achevée?

Pour ma bande dessinée « La Légende de Wazal », dès que je finis d’écrire l’histoire, je l’éditerai. Après je compte aussi faire une exposition avec des images pour illustrer mes personnages.

Quelles sont vos ambitions pour le Cameroun, l’Afrique et le monde dans le domaine de la mode ?

Mes projets futurs pour l’Afrique, c’est de créer une usine de fabrication au Cameroun pour satisfaire toute ma clientèle, et avoir une école de mode dans ce pays pour apporter mon savoir-faire. Mon entreprise créera aussi des emplois à la longue. Pour l’instant j’ai fait trois partenariats pour satisfaire ma clientèle au Cameroun avec trois styliste : Driss Fame, Louis fame et Nuvi création

Un mot de fin pour sortir de notre entretien ?

Je remercie tous ceux qui ont acheté mes vêtements depuis le début. Je remercie votre plateforme de m’avoir accordé cette interview. Je remercie les journalistes, blogueurs et artistes qui me suivent depuis le début.

Entretien mené par Didier NDENGUE

Share.

About Author

Leave A Reply