Cameroun : Un goût Halal dans les restaurants et hôtels du pays

0

Garantir une consommation saine et un cadre adéquat répondant aux normes internationales est le nouveau challenge des imams et gérants d’établissements hôteliers camerounais. Le Halal est désormais à leur portée. 

Des restaurants certifiés, on en compte au bout des doigts au Cameroun. Dans ce pays de la sous-région Afrique centrale de plus de 23 millions d’habitants, la communauté musulmane représente un tiers de la population. Cette couche est de plus en plus préoccupée par ce qu’elle avale au quotidien. Elle veut désormais bien manger, en respectant les normes internationales. Leurs doléances sont arrivées dans les oreilles du gérant de Tara Plage, une auberge située au bord de l’eau à Kribi, chef-lieu du département de l’Océan. Thomas Mouri Ngouo, le patron des lieux, a certifié son auberge ISO 9001. C’est la toute première institution hôtelière à se conformer à cette norme internationale au Cameroun. « Avant, j’avais des Pakistanais qui logeaient ici pendant les vacances, mais ils ne mangeaient pas ce que le restaurant proposait. Mais aujourd’hui, c’est possible grâce à la norme Halal mise en place », se réjouit le gérant, qui voit déjà ses revenus à la hausse. Jacques Ndeby le directeur général de l’organisme des normes et de la qualité AB Certification Afrique Subsaharienne, ayant procédé à la certification de Tara Plage, explique que l’auberge prend dorénavant des dispositions pour réserver un menu sain, concocté dans des bonnes conditions, à sa clientèle.

Garantir une consommation saine et un cadre adéquat répondant aux normes internationales est le nouveau challenge des imams et gérants d’établissements hôteliers camerounais. Le Halal est désormais à leur portée.

Jacques Ndeby.

Le respect du client

Explicitement, Thomas Mouri Ngouo a divisé sa salle de réception en deux parties : une réservée aux non-fumeurs et une autre pour fumeurs. Grâce à ce nouveau dispositif, tout le monde trouve son compte dans le restaurant de l’auberge. «  Ça permet à chacun, en allant au restaurant, de vivre tranquillement. Dans la carte du menu, il a mis des menus qui répondent aux besoins des musulmans et aux besoins des chrétiens», rassure Jacques Ndeby, qui va régulièrement à la rencontre des dirigeants des institutions hôtelières pour proposer ses services. Soucieux de ce qui entre dans leurs ventres et dans le souci de faire adopter la norme Halal dans les restaurants où ils sont abonnés, les guides spirituels musulmans étaient à l’école de la certification les 21 et 22 octobre passés. AB Certification Afrique Subsaharienne du franco-camerounais Jacques Ndeby, soutenu par le Ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement Technologique (MINMIDT), a formé les imams sur les bienfaits des normes ISO 9001 et 22000.

A l’école de la qualité

Les imams ont connu l’existence de cette norme pour la première fois, au cours de la formation. « J’ai appris que les ISO nous permettent de comprendre qu’on ne peut pas fonctionner sans les normes. Et lorsqu’on découvre la norme ISO 9001, on se rend compte que l’organisation qu’elle nous présente, la traçabilité et le fonctionnement des sociétés est un système indispensable pour toute structure, que ce soit une mosquée, une entreprise ou une église », explique l’Imam Mohammed Ali Bayero, coordonnateur de la mosquée Al-Rawah de Douala.

Les notions acquises sur la qualité leur permettront d’éradiquer les mauvais plats de leurs menus quotidiens. « Vous savez, nous avons de sérieux problèmes au niveau de la communauté pour pouvoir contrôler les différents produits alimentaires que nous consommons. En Islam, il faut manger Halal et qui dit Halal, c’est quelque chose qui nous donne la santé. Et pour pouvoir être Halal, il faut respecter ses deux ISO : 9001 et 22000 », renchérit l’Imam Mohammed Ali Bayero.

Didier NDENGUE

Share.

About Author

Leave A Reply