Concert d’Emmanuel Djob : Les annonceurs aux abonnés absents

0

Le spectacle d’ Emmanuel Pi Djob a lieu le 21 octobre 2017 à Douala. Une fois de plus, l’organisation dénonce le boycott des annonceurs.

Le spectacle d’ Emmanuel Pi Djob a lieu le 21 octobre 2017 à Douala. Une fois de plus, l’organisation dénonce le boycott des annonceurs.

Un apéro bien enlevé.

Musicien chevronné. Chanteur de haut vol. Compositeur hors-pair. Pédagogue. Bête de scène. Emmanuel Pi Djob est tout cela et bien plus encore. Si c’est la téléréalité The Voice 2013 qui le révèle aux mélomanes camerounais, la renommée d’Emmanuel Pi Djob ne souffre d’aucune ombre à l’international. Ses spectacles font salle comble. Pour l’artiste, il était plus que temps de partager aussi sa musique avec ses compatriotes. D’où le concert du samedi 21 octobre 2017 à la Falaise Diamond à Bonanjo/Douala. Le hic c’est qu’à quelques  heures de l’évènement, les sponsors restent aux abonnés absents.

Devant les médias ce jeudi 19 octobre 2017, l’agence de communication Rive Gauche -qui organise le concert en collaboration avec Universal-, martèle que le Cameroun crache sur ses monuments. «Comment vous pouvez avoir un artiste de l’acabit d’Emmanuel en concert au Cameroun et vous refusez de le soutenir ?  On n’a pas de problème avec les annonceurs mais on n’est pas dans les réseaux mafieux. Je n’entrerai pas dans ces réseaux. Ces annonceurs n’ont pas de problème avec Emmanuel, c’est avec nous mais je n’entrerai pas dans les réseaux mafieux», soutient Sylvain Kom de Rive Gauche. Si Emmanuel était un étranger ou s’il chantait des insanités, pour sûr il aurait le soutien de tous, pense Sylvain Kom. Son collaborateur, Philippe Essack soutient : «Nous avons déposé les dossiers dans toutes les sociétés de Douala, sept mois avant l’évènement. Nous avons reçu les réponses cette semaine. Ces structures écrivaient qu’elles n’ont pas de quoi financer parce que leur budget de l’année est épuisé. On ne sait finalement plus quand est-ce qu’elles ont un budget. On ne va pas s’arrêter à cause du manque de financement. Nous remercions notre partenaire La Falaise qui nous a donné la salle

La mise en bouche

Autre difficulté, la vente des billets. Emmanuel Pi Djob attend milles personnes samedi. Les mélomanes traînent encore des pieds. Une particularité bien camerounaise. Le billet s’acquiert à 20.000 Fcfa mais le souci de l’artiste n’est pas de faire du chiffre. Il veut communier avec le maximum de personnes. Raison pour laquelle il a demandé que les prix oscillent entre 10.000 Fcfa et 20.000 Fcfa. Malgré les soucis financiers, le concert promet. Les musiciens résidant à l’étranger ont rejoint ceux du Cameroun lundi dernier. Les répétitions se font tous les jours à la Falaise Diamond. Emmanuel et son orchestre -dirigé par Benilde Foko- ont d’ailleurs servi aux médias l’avant-goût du show du 21 octobre 2017. Une mise en bouche accueillie à coup de danses et d’acclamations. «Ça sera une autre dimension du show samedi. On devra venir en pantalon jeans pour danser», se satisfont les journalistes. Une question taraude cependant Emmanuel. «Est-ce que le public camerounais est prêt à accueillir l’euphorie d’un artiste comme moi ? Je suis curieux. J’attends de voir samedi.»  Avis donc aux férus du Jazz, de la Soul, de l’Afro-Soul…du Gospel.

Au niveau de la technique, les problèmes de sonorisation sont déjà passés en revue. «C’est la première fois que je vais faire une sonorisation pour un tel évènement au Cameroun. Le matériel est bon. Quand je travaille, j’essaie d’avoir  le même standing qu’en Europe», confie l’ingénieur de son Ambroise Voundi. Il est venu de la France pour le spectacle.  Qui débutera à 21h précise, pour une durée de deux heures d’horloge.

Valgadine TONGA

 

Share.

About Author

Leave A Reply