Militantisme : Une femme tient désormais les rênes de l’ Upc

0

Habiba Issa a vaincu Victor Onana, président sortant, sur le score de 236 voix contre 122. Elle était, jusqu’alors, 3ème vice-Présidente nationale de l’ Upc.

Habiba Issa a vaincu Victor Onana, président sortant, sur le score de 236 voix contre 122. Elle était, jusqu'alors, 3ème vice-Présidente nationale de l’ Upc.

Mme Habiba Issa est la nouvelle Présidente nationale de l’Union des populations du Cameroun(Upc). Celle qui est, à l’heure actuelle, Directrice générale adjointe de la normalisation de l’Etat au ministère de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra), a été élue pour un mandat de trois ans au cours du congrès ordinaire qui s’est tenu du 6 aux premières heures du 9 octobre 2017 au palais des congrès de Yaoundé.

Les nouveaux dirigeants de l’Upc sont connus depuis 5h et 48mn ce lundi, 9 octobre 2017. Habiba Issa a vaincu Victor Onana, président sortant, sur le score de 236 voix contre 122. La nouvelle Présidente nationale du parti historique est celle qui, en octobre 2016,  avait été proposée par Ngouoh Woungly Massaga pour occuper le poste de Secrétaire général de l’Upc. Habiba Issa était, jusqu’alors, 3ème vice-Présidente nationale de l’ancien bureau reconnu par le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (Minatd). A cette époque-là, la démarche du commandant Kissamba, vétéran de l’ Upc, aujourd’hui dans les rangs du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), consistait à réfléchir sur la stratégie de la reconstruction du parti nationaliste.

Un nouveau Secrétaire général

Le 1er octobre 2016, lors d’une réunion du comité directeur, H. Issa avait fait une intervention remarquable tant elle avait parlé du travail qu’elle abattait sur le terrain avec ses camarades dans son Extrême-Nord natal, déplorant leur abandon par la Direction du parti, très occupée dans les départements du Nyong et Kellé et la Sanaga Maritime pour installer des organismes dans l’Extrême-Nord. L’intervention de celle qui est désormais la nouvelle figure de proue de l’ Upc avait tellement convaincu Woungly Massaga que deux des participants de cette assise du comité directeur se portèrent volontaires pour l’accompagner à l’Extrême-Nord dans les prochaines semaines. L’enjeu, au demeurant, consistait à la manager et à faire d’elle une bonne dirigeante de terrain de manière qu’une formation accélérée et un encadrement efficace contribuent à en faire une dirigeante de haut niveau.

Dr Pierre Baleguel Nkot est le nouveau Secrétaire général de l’Upc, qui a été élu majoritairement face à trois autres candidats. L’universitaire et, par ailleurs, cadre d’une structure donnée, a obtenu 376 voix contre 213 pour Basile Louka, 62 pour Henri Hogbe Nlend et 13 pour André Munè. A ce poste stratégique et névralgique, il y a eu de sérieuses batailles. Des candidats ont, durant les trois jours du congrès, distribué des flyers pour se positionner en faveur de tel ou tel autre, mais leurs candidatures n’ont pas été retenues par le comité de supervision des élections piloté des mains de maîtres par Pasteur Simon Bolivard Njami Wandji. Des alliances se sont, de surcroît, nouées entre Jean Bahebeck, l’un des tenants d’une faction dissidente, et d’autres cadres non des moindres. Il y a eu, in extremis, des échauffourées lesquelles se sont soldées par une déchirure entre Bahebeck et Nyeck Nyeck, l’actuel Maire de Makak, qui, lui, a jeté son dévolu sur le secrétaire général sortant Basile Louka. Mais en vain! Seule l’alliance Bahebeck-Baleguel Nkot a contribué à la victoire du second qui a longtemps travaillé aux côtés de Augustin-Fréderic Kodock, de regrettée mémoire.

Serge Aimé BIKOI

Share.

About Author

Leave A Reply