Télévision et déconstruction de la société africaine

0

Le petit écran fait désormais partie des meubles incontournables dans les maisons, où son absence est perçue de diverses manières, soit que l’on soit parent ou enfant. Le parent a l’impression de ne pas être un digne père ou mère s’il n’a pas une télévision chez lui, et même le plus grand possible, les enfants mesurent l’amour que leurs parents par la qualité de cet appareil et le type de bouquet choisi. L’enfant doit pouvoir zapper à souhait. Personne ne peut plus s’en passer, sauf les Témoins de Jéhovah qui voient en cet appareil un outil du diable. Les hommes se mettent une pression énorme pour l’acquérir, et font leur possible pour avoir le plus grand nombre de chaines, mais peu se soucient de savoir ce que ces chaines diffusent à longueur de journée et si ces programmes sont forcément utiles pour la cohésion familiale et la construction de la société. D’après un sondage de Médiatrie rendu public en février dernier, la chaine étrangère la plus regardée au Cameroun est Novelas Tv, qui occupe la troisième place derrière la Crtv et Canal2. Mais qu’est-ce que Novelas Tv, et que propose cette chaine de télévision comme contenue, et pour quel impact ?

Novelas TV est une chaîne de télévision thématique créée essentiellement pour l’Afrique et diffusée depuis le 24mars2015 à travers

Roland Tsapi.

Novelas TV est une chaine de télévision thématique créée essentiellement pour l’Afrique et diffusée depuis le 24mars2015 à travers «Les Bouquets Canal+». Elle est la propriété de Canal+ Afrique.  Son slogan c’est  « votre cœur bat plus fort », et la devise c’est : Passion – Amour – Drame – Saga. Pour son contenu, elle propose des feuilletons aux titres évocateurs comme : Amour à Manhattan, La patrona, Le corps du désir, Trahisons, La maison d’à côté, La force du cœur, la Belle-mère, Terre de passions, Teresa, Marimar, Dans la peau d’une autre, Le chemin du destin ,La Chacala, Le prix du pardon, L’ivresse de l’amour, Rubí, Gavilanes, Terra Nostra, Une question d’honneur, Santa Diabla. Tous sont des télénovelas, c’est-à-dire en français le roman de télévision. Ou plutôt des romans à l’eau de rose qui ont été adaptés au cinéma pour la télévision. Voici le résumé de deux feuilletons pris au hasard.

La Patrona parle d’une femme de fer, d’Antonia Guerra qui use de tous les moyens pour imposer un rythme à tous, et rien ne doit s’opposer à elle. Mensonges, complots, trahison, piège, tout y passe pour punir mari, beau fils, employés. L’une de ses victimes, Gabriela échappe du centre psychiatrique où elle a été enfermée par ses manigances et décide de se venger.  Elle adopte un nouveau look de femme très classe, prend des cours pour se cultiver, apprend l’auto-défense et se dissimule sous une fausse identité, celle de Veronica Dantès, une richissime femme qui a bien l’intention de provoquer la chute d’Antonia Guerra et devenir la nouvelle patronne mais de nombreux obstacles se dresseront sur sa route dont elle devra faire face avant de pouvoir y parvenir. Trahisons est l’histoire de Maria Dolores, jeune couturière au talent fou. Alors qu’un avenir heureux lui tend les bras, elle  bascule à la mort de son père, assassiné dans d’étranges circonstances… Le sort s’acharne à nouveau : harcelée par son patron, trahie par son petit-ami, accusée à tort, sa vie plonge dans la tourmente. Un coin de ciel bleu apparaît pourtant : elle rencontre Maximilano, séduisant avocat qui lui propose son aide. Pourra-t-elle réapprendre à faire confiance aux hommes ?

Novelas TV est une chaîne de télévision thématique créée essentiellement pour l’Afrique et diffusée depuis le 24mars2015 à travers

La punition divine

La description faite par l’Encyclopédie libre indique que dans ces feuilletons, on retrouve souvent des personnages à la recherche d’un membre de leur famille, une mère désespérée élevant seule ses enfants après l’abandon ou la mort de son mari, de jolies jeunes femmes pauvres, se servant de leur beauté pour réussir dans la vie quitte à ruiner la vie d’autres personnes, des hommes et femmes arrivistes, vénaux, avides de pouvoir et de richesses, capables de tout pour arriver à leurs fins, des histoires d’amours entre des servantes crédules et des fils de la haute société. Amour, gloire, beauté, argent, mensonges et trahisons résument parfaitement les différentes histoires des telenovelas. Bon nombre d’entre elles comportent des personnages catholiques très pieux, des religieux, un prêtre. Quasiment toutes se terminent par un mariage, en tout cas par une fin très heureuse. Il y a une sorte de morale dans l’histoire, les personnages faisant le bien du début à la fin sont toujours récompensés de leurs bonnes actions ; en revanche les méchants montrant leur méchanceté, n’ayant aucune limite à briser des vies, en tuant de pauvres innocents pour arriver loin et triompher sur le malheur des bonnes âmes, paient toujours le plus souvent de leur vie, ce qui est caractéristique de la punition divine.

«Machine à abrutir»

A l’origine, Les telenovelas sont les feuilletons quotidiens de soirée diffusés essentiellement dans les pays hispanophones c’est-à-dire de langue espagnole et lusophones, de langue portugaise. Même en s’étendant dans d’autres pays européens, elles sont restées des programmes du soir, juste de quoi se détendre ou se regarder en face entre couple avant de se coucher. Mais pour l’Afrique, le programme a été conçu pour être une occupation, et les séries diffusées en continue tout le long de la journée sont devenues des occupations principales pour des hommes et femmes, en plus des enfants en période de vacances. Dès le lancement de la chaine, elle est montée rapidement en audience au Sénégal, Mali, Burkina Faso, En Côte d’Ivoire,  au Cameroun, en République du Congo et en République démocratique du Congo. L’idée de cette chaine de télévision essentiellement destinée à l’Afrique est-elle anodine ? On ne peut pas le dire, car  l’un des idéologues des média, Pierre Jourde disait déjà dans Le Monde diplomatique du mois d’août 2008 que «la  télévision serait devenue la machine à abrutir.»

Roland TSAPI

Share.

About Author

Leave A Reply