Education : Les enfants à l’école de l’art oratoire

0

Le cabinet Impact offre des ateliers sur la prise de la parole en public. Elle a débuté ses activités avec une vingtaine d’ enfants au Bridge School International à Douala.

Ce vendredi 28 juillet 2017, Cindy Serena Massado est toute joyeuse. Elle vient de s’exprimer librement devant ses camarades sur un thème qui lui est cher –Le féminisme- avec la gestuelle et les regards qui vont avec. « Nous apprenons comment parler en public et répondre à des questions sans être préparé. C’est le but de ce programme. De la première a la dernière séance j’ai vu des gens qui se sont améliorer et sont plus  confortables devant des audiences », se réjouit-elle. La jeune fille a appris l’art de parler en public grâce au Youth Leadership Program organisé du 4 au 25 juillet 2017 par le cabinet Impact.

Le cabinet Impact offre des ateliers sur la prise de la parole en public. Elle a débuté ses activités avec une vingtaine d’ enfants au Bridge School International à Douala.

Cette session a boosté son moral. Dorénavant, Cindy Serena promet de relever les défis dès la prochaine rentrée scolaire. « A l’école, nous avons des présentations, surtout en anglais. Donc, ce type de programme nous aide pendant ces présentations. C’est très important de partager ses idées devant des personnes sans être frustrée », retient-elle. Comme elle, une vingtaine d’enfants ont pris part aux sessions élaborées par le cabinet Impact. Ils ont exposé sur différents thèmes de la société camerounaise, avec une assurance sans pareille le jour de la clôture de leurs travaux devant des parents et amis. Leur brillante prestation est le résultat de ce que leur a inculqué la fondatrice du cabinet Impact, Sylvie Nina Ngompe. Le vendredi 28 juillet marquait donc la fin de leurs travaux, première du genre au Cameroun.

 Modules

Le constat de Mme Ngompe est clair : «Les enfants apprennent beaucoup de choses à l’école, mais ils n’arrivent pas à s’exprimer. C’est souvent en postulant dans des universités ou quand ils sont à la recherche de leur premier emploi  qu’ils sont confrontés à l’interview par exemple». Pour pallier à cette situation, le cabinet Impact propose des ateliers de qualité, visant à former de bons communicateurs.  Pendant huit sessions sur quatre semaines, « nous avons appris aux enfants, comment choisir le thème de leur discours ; comment le structurer pour le rendre captivant ; comment le présenter devant un public (la voix, les gestes (55% de notre communication est non verbale), le regards…) ;  comment est-ce qu’ils répondent à des questions quand on les prend sur le coup, sans aucune préparation ;l’art de l’écoute, parce que nous avons deux oreilles et une bouche, parce qu’il faut plus écouter que  parler et aussi comment évaluer leurs pairs de façon positive et constructive».

En gros, il était question d’apprendre aux enfants à communiquer, préparer, leurs présentations, regarder les gens dans les yeux quand ils parlent. Sa première édition  recensait une  vingtaine de jeunes âgés de 13 à 17 ans a The Bridge International School à Douala.

Didier NDENGUE 

Réactions

Harold Steve Kamgang

« J’ai appris à prendre la parole en public »

Je suis présentement à The Bridge, en train de suivre un programme qui s’appelle Youth Leadership Program. Le thème sur lequel j’ai exposé aujourd’hui était sur la propreté. Je parlais de comment nous devons manager nos déchets, comment nous devons avoir deux poubelles à la maison. Les poubelles biodégradables et celles non biodégradables. La réaction de l’auditoire était bonne. Ils étaient très attentifs à ce que je disais et ils m’ont quand même bien évalué. Au niveau de la gestuelle, je pense que j’ai encore beaucoup d’effort à faire. Mais je pense qu’au sortir de ce programme, j’ai beaucoup plus évolué dans la prise de parole en public, comment gérer les petits stress.

Kamgang Anthony, modérateur 

«Le public m’a redonné confiance »

Je faisais en sorte que tout le monde soit content où il est. Que chacun profite bien de la session et que la salle soit animée, que ce soit fun. C’est vrai que j’ai eu quelques hésitations au départ, mais quand le public s’est mis à acclamer, j’ai eu confiance en moi et j’ai enchainé. Je retiens que nous avons beaucoup progressé, et que les parents s’intéressent beaucoup à cette formation. Elle a été très enrichissante pour nous tous.

Regroupées par D.N.

Share.

About Author

Leave A Reply