Hypertension artérielle : Des médecins font du dépistage de proximité

0

L’équipe de campagne de La Fondation camerounaise du cœur fait des descentes dans les marchés de Douala pour le dépistage et la sensibilisation des commerçants.

L’équipe de campagne de La Fondation camerounaise du cœur fait des descentes dans les marchés de Douala pour le dépistage et la sensibilisation des commerçants.

Dépistage de l’Hypertension artérielle

L’hypertension artérielle touche 40% de la population camerounaise. Une étude réalisée en 2015 à l’Extrême-Nord du pays par La Fondation camerounaise du cœur indiquait que 80% des personnes dépistées hypertendus ignoraient leur statut. La Fondation camerounaise du cœur a alors pensé à des campagnes de dépistage de proximité. A la faveur du mois camerounais de l’hypertension, la Fondation fait des descentes dans les marchés de Douala, à la grande satisfaction des commerçants.

Dame Biko, Epouse Ngosso traîne déjà derrière elle 60 ans. Elle ne sait jamais faite dépistée. «C’est la première fois que je fais le dépistage de l’hypertension artérielle. Je ne sais pas si c’est pas négligence ou parce que une occasion comme celle-ci ne s’est jamais présentée. Aujourd’hui c’est jusque dans notre marché qu’on est venu nous trouvés. L’initiative est belle  et à encouragée parce que tout le monde n’a pas les moyens d’aller se faire dépister à l’hôpital.» C’est aussi la première espérance pour Fecbolwa Pauline, commerçante. «Il y a deux ans on m’a diagnostiqué le diabète. Je viens aujourd’hui savoir si ma santé ne s’est pas aggravée.»

Aux patients, il leur est demandé s’ils sont déjà malades, s’ils ont le diabète. «On cherche aussi  à savoir s’ils consomment le tabac. On prend leur tension, le poids, le tour de taille… Nous prodiguons des conseils aux personnes diagnostiquées malades. Nous sensibilisons dans les marchés de la ville pour une plus grande prise de conscience»,  renseigne Dr Patricia Ndjetcheu.  «Je remercie la Fondation camerounaise du cœur pour cette campagne au marché Mabanda, confie la présidente du syndicat du marché Mabanda, Rose Ndiforngu. Notre pays ne peut vivre sans les commerçants. Nous sommes le socle de la société parce que c’est chez nous qu’on s’approvisionne. Des commerçants en santé c’est un Cameroun fort. Si on a cette opportunité deux fois par an, je pense que le taux de prévalence des maladies comme l’Avc va diminuer dans notre pays. Depuis samedi, les spécialistes sensibilisent les commerçants sur l’importance de connaître son statut quand il est encore temps. Quand une maladie est détectée à temps, on peut vite la soigner.» Le président du marché, Michel Kamdem souhaite quant à lui que de telles campagnes soient effectives pour d’autres maladies.

Valgadine TONGA

Share.

About Author

Leave A Reply