Crise anglophone : Djiegoum Tientche porté disparu

0

Accusé d’être une tête de proue des manifestations dans la région du Nord-ouest, l’on est toujours sans nouvelle de Djiegoum Tientche, enseignant de français au Sacred Heart College de Bamenda.

Accusé d’être une tête de proue des manifestations dans la région du Nord-ouest, l’on est toujours sans nouvelle de Djiegoum Tientche, enseignant de français au Sacred Heart College de Bamenda

Grève à Bamenda (Archive)

Chris Marley Djiegoum Tientche n’a plus été aperçu dans les artères du chef lieu de la région du Nord-ouest depuis près de trois mois. Il est reproché à Chris Marley Djiegoum Tientche de faire partir de la bande qui avait en compagnie Mancho Bibixy mis à feu de Bamenda après qu’ils aient prestés dans un cercueil lors de la grève des avocats du common law et syndicats d’enseignants anglophones. Et pour dénoncer le mauvais état des routes ainsi que l’insalubrité dans la ville de Bamenda. On n’est toujours sans nouvelle de certains jeunes gens arrêtés en compagnie de l’homme au cercueil, comme on a baptisé Mancho Bibixy. Les autorités de Yaoundé accusent Djiegoum Tientche en ce qui le concerne, d’être «celui qui rassemblait les jeunes pour aller manifester dans les rues de Bamenda dans le cadre des manifestations sociales engendrées par les syndicats des enseignants anglophones et les avocats de la common law» qui secouent le Cameroun appelée «crise anglophone».

«Hostilité contre la patrie»

Ces avocats et syndicats d’enseignants dénoncent, il faut peut-être le rappeler, la marginalisation de la partie anglophone du Cameroun. Ils s’insurgent aussi  contre les faits que les documents soient écrits en français et l’affectation d’enseignants francophone pour dispenser des cours d’anglais dans cette partie du pays. Pour les autorités camerounaises, Djiegoum Tientche «est l’une des pièces maitresses des manifestations».

Accusé d’être une tête de proue des manifestations dans la région du Nord-ouest, l’on est toujours sans nouvelle de Djiegoum Tientche, enseignant de français au Sacred Heart College de Bamenda

Chris Marley Djiegoum Tientche

Vivement recherché par les autorités policières, Djiegoum Tientche a manqué il y a quelque temps, d’être assassiné dans son domicile. Les bidasses l’avaient sauvagement tabassé, et depuis ce jour, il vivait caché. Une source policière confirme la recherche sur toute l’étendue du territoire camerounais, de Chris Marley Djiegoum Tientche, et qu’aux informations en sa possession il aurait réussi à quitter Bamenda. «Faux », rétorque un membre de la famille qui a requis l’anonymat : «Djiegoum Tientche ne peut pas se volatiliser comme ça, sans dire à personne où il se trouve, sans laisser de traces». Pour ce membre de la famille, il n’y a l’ombre qu’aucun doute : le régime de Yaoundé aurait déjà tué Chris Marley Djiegoum Tientche au pire des cas, et au mieux, il serait séquestré dans les cellules d’un des camps de concentration de Yaoundé. La source policière confirme que l’enseignant est recherché pour «hostilité contre la Patrie, sécession, révolution, propagation de fausses nouvelles, atteinte aux agents publics de l’Etat et résistance collective». Des accusations qui lui vaudraient la peine de mort en vertu de la loi sur la répression du terrorisme.

Emmanuel Yimga

Share.

About Author

Leave A Reply