Zoom sur les facettes du proxénétisme au Cameroun

2

Zoom sur les facettes du proxénétisme au Cameroun: monographie des agissements des acteurs, des causes, du mode opératoire et des répercussions (1ère partie)

Zoom sur les facettes du proxénétisme au Cameroun: monographie des agissements des acteurs, des causes, du mode opératoire et des répercussions (1ère partie)

Serge Aimé Bikoi.

L’enfant africain fut, dans les sociétés africaines, une richesse, un symbole et  une valeur au point de le sublimer. L’enfant d’une famille fut alors l’enfant de la communauté tout entière. Il n’y avait pas de différence à établir entre les enfants d’un groupe social et les autres bambins tant tous étaient socialisés par l’ensemble des membres de la communauté. L’enfant africain était, pour ainsi dire, doté de valeurs cardinales (dignité, honorabilité, respect de soi et d’autrui, solidarité, interconnaissance, partage, etc.) inculquées par les parents et grands-parents, par des chefs traditionnels et notables de toute entité.

Cependant, la communauté traditionnelle africaine s’étant muée en une société urbaine en proie à la modernité aliénatrice des référentiels socioculturels africains, l’enfant qui fut jadis un symbole est devenu, au gré des dynamiques sociale et culturelle, un bien exploitable et capitalisable par des aînés sociaux véreux et vicieux. En fait, depuis la récession économique, l’enfant africain est soumis, contre vents et marées, à des pratiques de captation, d’accumulation et de marchandage à des fins d’exploitation sexuelle. C’est dans cette optique que des enfants dont l’âge varie entre 10 et 17 ans sont kidnappés et livrés comme des bêtes de somme à des trajectoires d’avilissement tant ils sont englués dans des réseaux de prostitution et de proxénétisme en occident. Amélie James Kobela, entrepreneure sociale, a, pendant longtemps, traité de cette problématique de la prostitution des enfants africains à l’étranger avec un ricochet sur les cadets de moins de 15ans. Les lieux récurrents de pratique du proxénétisme  au Cameroun sont, entre autres, des auberges, des villas luxueuses, des hôtels, des motels, des cabarets, des boîtes de nuit et d’autres circuits de loisir et de plaisir mondains. C’est ainsi que les enfants enrôlés dans des arcanes d’excroissance sexuelle sont drogués au point de devenir des robots de la prostitution professionnelle en occident. Au début, ces cadets ne perçoivent qu’une rétribution modique fournie par des leaders proxénètes. Au demeurant, l’enfant devient un bien capitalisable dans la société camerounaise marchande à cause du mercantilisme à outrance.

Zoom sur les facettes du proxénétisme au Cameroun: monographie des agissements des acteurs, des causes, du mode opératoire et des répercussions (1ère partie)

———De la caractérisation de la typologie des filières d’acteurs du proxénétisme qui entrent en scène

 La curiosité dans le déroulé des scenarii du proxénétisme est qu’il y a, dans le jeu transactionnel entre différents acteurs, les médiateurs, les hébergeurs, les bénéficiaires et les tenanciers des filières d’exploitation sexuelle. Les médiateurs sont, en effet, les entremetteurs qui placent ou positionnent des filles et des femmes aux clients potentiels, aux clients occasionnels ou, a contrario, aux clients professionnels. Proxénétisme, à la base, vient du terme latin proxeneta qui signifie entremetteur. Les entremetteurs sont, pour ainsi dire, et pour reprendre Paul Lazarsfeld, Sociologue américain de la communication, des « gate keepers », c’est-à-dire des relais ou des intermédiaires grâce auxquels les cadettes sociales, en situation de précarité économique, sont livrées à des personnes, à des personnages et à des personnalités dont le statut socio-économique est élevé et dont la position, dans la hiérarchie sociale, est valorisante. Ce sont, entre autres, des Directeurs généraux des entreprises étatique, para étatique et privée, des hauts cadres des bureaucraties publiques, des magistrats, des étrangers appartenant parfois à une certaine oligarchie compradore. Les hébergeurs, à la différence, appartiennent à la catégorie des personnes offrant le ou les lieux, voire les circuits de la pratique du proxénétisme. Parmi les hébergeurs, figurent, entre autres, les propriétaires de motels, d’hôtels, d’auberges, les détenteurs des villas cossues dans les quartiers résidentiels, les résidents passagers et réguliers dans des arcanes loisir et de plaisir mentionnés supra.

Zoom sur les facettes du proxénétisme au Cameroun: monographie des agissements des acteurs, des causes, du mode opératoire et des répercussions (1ère partie)

Flouées, dupées et abandonnées

Les bénéficiaires et les tenanciers des filiales du proxénétisme au Cameroun se confondent tant ils sont de véritables acteurs qui jouissent des prébendes et des dividendes de l’exploitation sexuelle des jeunes filles. Ces derniers jours, Marie-Christine Molu, responsable d’une agence de communication dénommée « Styl agency », est accusée d’entretenir, depuis des années, un réseau de proxénètes. Selon des sources dignes de foi, cette dame a nourri le rêve, voire le fantasme des mariages avec les Blancs à des adolescentes recrutées comme des hôtesses de l’air à Camair-co. Quelle chimère! Quel leurre! Quelle gageure! Toute menteuse vit vraiment aux dépens de celles qui l’écoutent. Un jeu de dupes en somme. Selon toute vraisemblance, cette dame aurait pris pour asile, mieux pour destination le Nigéria. Des jeunes filles exploitées sexuelles, aujourd’hui flouées, dupées et abandonnées, n’ont que leurs yeux pour pleurer, pour languir et pour se morfondre. C’est la raison pour laquelle certaines téméraires parmi elles ont décidé de délier leur langue dans l’espace public et, singulièrement, dans des journaux locaux. Quelle triste aventure sexuelle!

Serge-Aimé Bikoi, Journaliste et Sociologue du développement.

 

 

Share.

About Author

2 commentaires

  1. Pingback: Zoom sur les facettes du proxénétisme au Cameroun

  2. Pingback: Plaidoyer pour la construction d'une famille intègre

Leave A Reply