Spectacle : Agathe Djokam se livre sur Energie

0

Danseuse professionnelle, Agathe Djokam a enivré, ce vendredi 17 février 2017, le public de l’Institut français de Douala avec sa pièce. Un acte du festival Focus Danse.

Danseuse professionnelle, Agathe Djokam a enivré, ce vendredi 17 février 2017, le public de l’Institut français de Douala avec sa pièce. Un acte du festival

l’Energie d’Agathe Djokam.

Trente minutes. C’est le temps qu’a duré la pièce d’Agathe Djokam sur la scène de l’Institut français de Douala ce vendredi 17 février 2017. Trente minutes de joie, de douleur, de tristesse, de souffrance qu’a ressentie la danseuse à travers sa pièce Energie.

Au commencement, elle est heureuse. Son large sourire l’exprime à souhait. Recouverte d’un body, un short et une genouillère, Agathe joue avec son corps sur une danse contemporaine. Elle n’est pas seule sur scène. Avec elle, une échelle sur laquelle elle s’accroche, tel un pilier. Un pilier qui se mue en pesant fardeau et la renverse. Mais elle tient bon. «Fuir les épreuves n’est pas la solution. Il faut les affronter parce que ces épreuves vous permettent d’acquérir une certaine maturité dans ce que vous décidez de faire. L’échelle symbole les difficultés. Vous voyez que c’était une sorte de combat entre l’escabeau et moi et à la fin ce sont les câlins parce que j’ai pu aller au-delà des difficultés», explique la danseuse.

Pour signer la fin de la pièce, Agathe Djokam traîne avec une dose d’effort l’escabeau, signe que «les problèmes ne finissent pas dans la vie, c’est quelque chose d’inévitable, nous confie-t-elle. Il faut les affronter, il faut les embrasser.» Le public qui n’a pas vu les minutes s’égrainer la couvre d’ovations. A 27 ans, ce petit bout de femme veut faire de son rêve un monde. «Mon rêve c’est d’avoir un centre où je peux transmettre tout ce que j’ai. Je veux que les gens se servent de mon expérience pour se motiver et réussir», ponctue celle qui a fait de la danse un métier. «C’est d’abord une passion, ça vient du cœur. Un métier c’est quelque chose qu’on doit faire par amour, par passion. La danse pour moi c’est aussi un moyen de communication d’un langage commun à tous les peuples

Danseuse professionnelle, Agathe Djokam a enivré, ce vendredi 17 février 2017, le public de l’Institut français de Douala avec sa pièce. Un acte du festival

Agathe Djokam.

La pièce Energie d’Agathe Djokam a été présentée au public à l’occasion du festival de danse baptisé Focus Danse. Démarré jeudi à l’Institut français de Douala, le point final de Focus Danse c’est ce samedi soir, avec une prestation de Jean Boog, danseur professionnel camerounais, installé en France.

Valgadine TONGA

Share.

About Author

Leave A Reply