Douala : L’hôpital Laquintinie remercie ses retraités

1

A l’occasion de sa journée d’excellence, Laquintinie a célébré ce vendredi 9 décembre 2016 ses employés appelés désormais à la retraite.

S’il y en a pour qui l’hôpital Laquintinie est un mystère, pour Yvette Lonkeu, c’est un livre ouvert. Elle maîtrise toutes les pages. Elle y a passé plus de la moitié de sa vie entre les services de la cardiologie, la chirurgie A, la chirurgie C, le haut-standing, ORL, la consultation. Avec 32 ans d’activités derrière soi, la retraite est un repos mérité. Yvette Lonkeu fait partie des 25 employés de l’hôpital Laquintinie à Douala appelés à faire valoir leurs droits à la retraite. La cérémonie très courue de ce vendredi 9 décembre 2016 a été enjolivée par des cris de joie. «Cette retraite est une grande fierté, une grâce divine parce que ce n’est pas donné. Maintenant j’aurai le temps de me reposer, de m’occuper de ma famille et moi. Je vais créer d’ici quelques mois une petite activité connexe pour ne pas m’ennuyer», se réjouit Yvette Lonkeu.

A l’occasion de sa journée d’excellence, Laquintinie a célébré ce vendredi 9 décembre 2016 ses employés appelés désormais à la retraite.

Prêts pour la retraite.

Fort de sa casquette de président du comité de gestion de Laquintinie, Dr Fritz Ntone Ntone par ailleurs délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala, Cud, a décerné trois diplômes d’excellence à trois employés. Pour la qualité du travail rendu, Ngo Ibock Jeanne-d’arc, Ngamo Martin et  Nganji Tala ont reçu des primes spéciales. Cette prime se résume à la disposition d’un registre spécial qui est déjà ouvert à la Communauté urbaine de Douala, précise le délégué du gouvernement dans son allocution. Ceux qui ont bénéficié des primes auront une réduction de 50% s’ils veulent acquérir un permis de bâtir. Manga Salomé épouse Essono a reçu une prime spéciale.

Un centre d’hémodialyse

Pendant cette cérémonie qui clôturait la semaine de Laquintinie, le directeur général Pr Louis Richard Njock a pris la balle au bond pour faire son bilan. Le bilan d’une année mouvementée d’abord par l’affaire Koumatekel, le manque d’empathie du personnel vis-à-vis des malades… Autant de choses qui ont sapé l’image de l’institution. Depuis son installation il y a huit mois, le Dg a mis sur pied un Plan d’urgence qui s’est traduit avec la construction de la maternité Ashanti, de 200 nouveaux bancs pour les patients, le renforcement de la signalétique, une vidéo surveillance entre, le départ des corbillards le long de l’hôpital, entre autres. Des réalisations qui ont été possibles grâce aux 50millions Fcfa octroyés par le ministère de la Santé publique.

Pour arriver à ces résultats, Louis Richard Njock qui a su compter sur son équipe. La bonne gestion des victimes de la catastrophe ferroviaire d’Eseka  d’octobre dernier est également le fruit d’un travail d’équipe. Raison pour laquelle le chef de l’Etat a accordé à Laquintinie une récompense d’une valeur de 5millions Fcfa.  «Maintenant que le Plan d’urgence qui est à son crépuscule, nous lançons le Programme triennal  de développement local», argumente le Dg. Ce nouveau programme devra surtout lutter contre la vente illicite des médicaments. Le bilan est certes élogieux, mais il ne faut pas dormir sur ses lauriers. Le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda a conseillé au Dg de toujours «rester à l’écoute de votre personnel». André Mama Fouda a promis de doter l’hôpital Laquintinie -qui est le plus vieil hôpital de la ville- d’un centre d’hémodialyse. Pour l’instant, seul l’Hôpital général de Douala dispose d’un centre d’hémodialyse pour la région du Littoral.

Valgadine TONGA  

Share.

About Author

Un commentaire

  1. Pingback: Santé : Samuel Eto’o offre un pavillon pédiatrique à Laquintinie

Leave A Reply