Drame d’Eseka : L’enquête est bouclée

0

La commission d’enquête chargée de trouver les causes du drame d’Eseka a rendu sa copie au chef de l’Etat jeudi 24 novembre 2016. Quelques fuites laissent entendre que deux ministres sont épinglés.

La commission d’enquête chargée de trouver les causes du drame d’Eseka a rendu sa copie au chef de l’Etat jeudi 24 novembre 2016

Paul Biya

 Qui est responsable de la catastrophe ferroviaire survenue à Eseka, sur le trajet Yaoundé – Douala le vendredi 21 octobre 2016 ? Quelles sont les causes de ce drame qui avait tué au moins 76 personnes et fait environ 600 blessés ? Voilà entre autres missions assignées à la Commission d’enquête créée le mardi 25 octobre 2016 par le Chef de l’Etat Paul Biya. Cette commission que préside le Chef du Gouvernement, Philemon Yang, avait 30 jours pour rendre son rapport. Le Jeudi 24 novembre 2016, était la date butoir. Des indiscrétions au palais de l’Unité ont confié à Cameroon-Info.Net que le délai de trente jours a été respecté et que le Président de la République a reçu le rapport envoyé depuis l’immeuble Etoile. En attendant une publication éventuelle des conclusions du rapport de la Commission Yang, Radio Equinoxe a dévoilé hier vendredi 25 novembre, quelques éléments importants du rapport dressé par la Commission d’enquête.

«La commission a fait le constat des défaillances techniques du train 152, dont les freins n’ont visiblement pas bien fonctionné à l’approche de la gare d’Eseka ce jour fatidique du 21 octobre 2016. Quant à la responsabilité des ministres des transports, Edgard Alain Mebe Ngo’o et des travaux publics Emmanuel Nganou Djoumessi,  la commission indique qu’ils ont agi dans le cadre de leur prérogative, pour apporter une réponse aux problèmes qui se posaient ce jour aux voyageurs. Toutefois, la Commission relève des dysfonctionnements dans leurs réactions respectives. Quant à Camrail, la commission fait cas de sa responsabilité en tant que transporteur dans cet accident qui a été causé par une défaillance technique du train» relate la radio privée émettant depuis la ville de Douala qui cite une source, membre de la Commission Yang. Cette source n’a pas levé le voile sur les propositions faites pour que pareil accident ne se reproduise à l’avenir.

Rappel ci-dessous du décret présidentiel portant création d’une Commission d’enquête sur la catastrophe ferroviaire d’Eseka:

Décret N°2016/424 du 25 octobre 2016.Création d’une commission d’enquête sur l’accident ferroviaire survenu le 21 octobre 2016 à Eséka

Le Président de la République,

Vu la Constitution,

Décrète :

Article 1er : il est créé une commission d’enquête sur l’accident ferroviaire survenu le 21 octobre 2016 à Eséka, ci-après dénommée « La Commission ».

Article 2 : la commission est composée ainsi qu’il suit :

Président : le Premier Ministre, Chef du Gouvernement
Membres : le Ministre d’Etat, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux ; le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation ; le Ministre Délégué à la Présidence, chargé du Contrôle Supérieur de l’Etat ; le Secrétaire d’Etat à la défense, chargé de la Gendarmerie nationale ; le Délégué Général à la Sureté Nationale.

Rapporteur : le Secrétaire permanent du Conseil National de Sécurité.

Article 3 : les missions de la Commission sont les suivantes :

(a) Déterminer les causes de cet accident ferroviaire et proposer les mesures visant à limiter les risques de survenance d’une telle catastrophe à l’avenir;
(b) Etablir les responsabilités y afférentes;

(c) Evaluer la gestion de cette catastrophe, l’assistance aux victimes et faire toute proposition pertinente y afférente.

Article 4 : (a) la Commission mène toute investigation et entend toute personne susceptible de contribuer à la manifestation de la vérité, en tant que de besoin.

(b) Elle fait appel à l’expertise nationale ou internationale nécessaire en la matière, en tant que de besoin.

Article 5 : La Commission remet son rapport au Président de la République dans un délai de trente (30) jours, à compter de la date de signature du présent décret.

Article 6 : Les fonctions de membres de la Commission sont gratuites. Toutefois, les dépenses de fonctionnement sont prises en charge par le budget de l’Etat.

Article 7 : Le présent décret sera enregistré, publié selon la procédure d’urgence, puis inséré au Journal Officiel en français et en anglais.

Yaoundé, le 25 octobre 2016

Le Président de la République,

(é) Paul BIYA

Source : Cameroun-info.net

Share.

About Author

Leave A Reply