Drame d’Eseka : Des raisons mystiques évoquées

0

Le déraillement d’Eseka serait la manifestation de la colère des ancêtres, selon des gardiens de la tradition.

Drame d’Eseka : Des raisons mystiques évoquées

Déraillement meurtrier à Eseka.

«La cause de l’accident ferroviaire peut être technique comme elle peut être la conséquence de la colère des ancêtres d’Eseka» estime le tradi-praticien Tonmen Arsène Dimi Teid par ailleurs président national de l’Association Afrique Santé. Il ne passe pas par quatre chemins pour affirmer que les gardiens de la tradition auraient pu éviter le carnage d’Eseka, suite au déraillement du train n°152 de Camrail, le vendredi 21 octobre 2016. Pour le Dr. Tonmen Arsène Dimi Teid, des drames se succèdent au Cameroun et en Afrique en générale parce que la tradition a été mise au placard. C’est d’ailleurs ce qui l’a incité à sortir le Tome I de son ouvrage ‘‘Comment être riche’’. La cérémonie-dédicace du 27 octobre courant a été l’occasion pour les médias de le questionner sur le drame d’Eseka.

«J’ai interpellé l’administration sur le fait que nous voulons un ministère de la médecine traditionnelle. S’il y en avait, on pouvait très bien prévoir l’accident d’Eseka. Le ministère de la Santé publique ne nous comprend pas toujours. Le traditionaliste c’est celui qui constate, détecte et combat les mauvais sorts, les pratiques mystiques. Ce sont des hommes très importants dans une société. C’est la raison pour laquelle j’appelle mes confrères tradi-praticiens à ne plus abuser de l’alcool car ils n’ont plus l’esprit clair pour travailler. C’est un métier noble qu’on doit respecter.» Au sujet des nombreuses morts de la catastrophe ferroviaire d’Eseka sur la nationale N°3, l’orateur argue : «Il faut adoucir les esprits de tous ces morts afin qu’ils ne se rebellent pas dans l’avenir. L’Etat devrait convoquer les tradi-praticiens pour qu’ils adoucissent tous ces esprits en colère.»

‘‘Comment être riche’’ est un ouvrage qui présente les freins au développement de l’Afrique. La clé de la richesse, c’est la tradition martèle l’auteur. «Les jeunes ne comprennent plus rien de nos traditions, pourtant notre culture est riche. J’écris pour leur permettre de rentrer dans leurs traditions. Les Africains doivent reconnaître la valeur des ancêtres. Avant, pour soigner le moindre mal, nos ancêtres se servaient des herbes dans la nature. Aujourd’hui nos jeunes ne savent plus rien. Ils se sont tous tourner vers la médecine occidentale.» Ce livre est en quelque sorte un appel au retour aux sources.

Daniel NDING

Share.

About Author

Leave A Reply