Santé : Les dialysées assiègent l’Hôpital général de Yaoundé

0

Elles réclament l’administration de leurs dialyses. C’est depuis deux semaines que les personnes dialysées de cet hôpital peinent à suivre les soins.

Santé : Les dialysées assiègent l’Hôpital général de Yaoundé

La grève des dialysées.

L’Hôpital général de Yaoundé a connu un quasi secousse ce mardi 11 octobre 2016. Les personnes dialysées ont assiégé l’institution hospitalière aux environs de 4h du matin. «Toutes les machines de dialyse sont en panne», «hémodialysés ou cadavres de fortune», «malade rénal non pris en charge» ou encore «partagés entre la vie et la mort»…sont inscrites sur les pancartes. Couchés à même le sol pour certains, assis ou debout pour les plus vigoureux, ces patients atteints d’insuffisance rénale réclament des soins.




Au registre des plaintes des patients, on note : une carence de machines de dialyse car des 20 présentes, seulement 08 sont opérationnelles, pour 310 patients ; les 17 générateurs et le matériel de dialyse proprement dit sont hors d’usage ; la salle d’eau, principal outil de la dialyse est en panne depuis plus de neuf mois ; Des 22 réglettes que possèdent la salle d’attente, juste 2 fonctionnent. «Voilà deux semaines déjà que je n’ai pas fait de dialyse. Il y a de fortes chances que je succombe dans les prochaines heures. Je suis à bout de force. La dialyse ne marche pas au sein de l’hôpital général depuis environ deux ans et le directeur ne fait rien. Si nous ne parlons pas aujourd’hui, nous partirons plus tôt que prévu», décrie un malade.




Devant les malades en rogne, le Directeur général de l’hôpital Elie Claude Ndam Njitoyap s’est voulu un tantinet rassurant : «Accordez-nous une semaine pour la réhabilitation de l’ensemble des structures. En attendant, les médecins vont examiner les malades au cas par cas. Pour ceux qui sont dans un état critique, leur prise en charge se fera immédiatement mais certains seront temporairement transférés à Ebolowa pour une prise en charge provisoire. La situation qui prévaut est une situation difficile pour vous les malades qui souffrez et pour les médecins qui vous prennent en charge. Le délai de réparation fait appel à des techniciens qui viendront du Maroc pour réparer les machines». Le problème est que cette situation n’est pas isolée. La carence du matériel médical d’hémodialyse revient chaque année. Non seulement le matériel est insuffisant dans les grands hôpitaux, mais les malades vivant dans les campagnes doivent aller dans les grandes villes pour suivre les soins.

Valgadine TONGA

Share.

About Author

Leave A Reply