Électricité : La société civile exige la nationalisation du secteur

0

Cette sortie est un contre à la volonté du Fonds d’investissement Actis de proroger son contrat de concession du service de l’électricité au Cameroun.

Électricité : La société civile exige la nationalisation du secteur

Nana Sandjon, Dg Eneo Cameroun.

Le Fonds d’investissement Actis veut proroger son contrat de concession du service de l’électricité au Cameroun. En fait, ce n’est plus une nouvelle, même si l’officialisation traîne toujours. Des indiscrétions font savoir d’ailleurs qu’Actis est en pourparler avec le gouvernement pour une prorogation de dix ans. L’association camerounaise Energies Citoyennes a fait une déclaration datée du 19 septembre 2016 dans laquelle elle désapprouve la prorogation. Sa première raison c’est le caractère confidentiel des négociations. «Comme d’habitude, les discussions entre le gouvernement et les représentants d’Actis se déroulent  dans une opacité totale. Le gouvernement agit comme s’il s’agissait de transactions purement privées entre deux individus, alors que cela concerne tous les Camerounais. Le devoir du gouvernement est d’informer la population sur le contenu de ces négociations car il s’agit d’une question publique. Les informations disponibles jusqu’ici sont le résultat de révélations faites par la presse», signe Moise Dibango, secrétaire général d’Energies Citoyennes. Pour l’association, aucun contrat ne devrait plus être envisagé. Energies Citoyennes «se prononce contre la prorogation du contrat de concession et pour la nationalisation du service de l’électricité».

L’association soutient qu’Actis veut uniquement «grimer la valeur de ses actifs pour les revendre sur le marché en empochant des bénéfices. Les fonds d’investissement réalisent des profits par le biais d’entrées et sorties du capital de sociétés. Ils achètent les actions, cherchent à augmenter la valeur desdites actions, puis revendent leurs parts à un prix supérieur au prix d’achat.» Actis pratique la même la politique selon l’association. «Créé en 2004, Actis totalise en 12 ans pas moins de 200 entrées pour plus de 130 sorties du capital de diverses sociétés opérant en Afrique, en Asie et en Amérique latine. La prorogation de la concession donnera à Actis la possibilité de brandir un titre pour spéculer sur les marchés financiers» précise Moise Dibango. Qui poursuit : «Les 900 milliards Fcfa d’investissements promis par Actis seraient financés pour 700 milliards Fcfa sur les fonds propres et les recettes d’exploitation –c’est-à-dire sur les factures que nous payons-. Les 200 milliards Fcfa devraient provenir d’un emprunt à long terme» qui seront supportés par Actis.

 Le Fonds d’investissement Actis dirige le secteur de l’électricité au Cameroun sous le nom Eneo. Une concession qu’a a obtenu en 2014 en rachetant 56% des parts du précédent concessionnaire Aes-Sonel. L’Etat détient 44% des actions.

Valgadine TONGA

Share.

About Author

Leave A Reply