#STOPAUXACCIDENTSROUTIERS : ET SI CES ROUTES AVAIENT EXISTÉ ?

0
Accident causé par le mauvais état de la route

Accident causé par le mauvais état de la route

L’axe lourd Douala-Yaoundé continue de compter des morts
Pendant ce temps, les travaux de l’autoroute qui doit relier les deux villes sont toujours au point mort
On se demande bien si l’on y arrivera finalement un jour
Mais là ne semble pas, la principale préoccupation à l’ordre du jour
Cyniquement, certains se plaisent à voir l’axe de la mort se muer en cimetière
Alors que leur seule volonté mettrait fin à cette folie meurtrière
Qui hante immanquablement tout voyageur
Et l’oblige à invoquer sans cesse, le seigneur
Inutile aujourd’hui d’évoquer les chiffres affreux
Ou de conter des scènes captées par nos yeux
Impossible de décrire les peines de ces nombreuses familles indéfiniment inconsolables
Qui maudissent à jamais cette route à la fois incontournable et impitoyable
Si l’autoroute avait existé comme annoncée depuis nos années d’enfance
Elle aurait déjà atténué une bonne partie de nos souffrances
Ce projet reste malheureusement une vue de l’esprit
Les annonces optimistes ont du mal à cacher le retard que les travaux ont pris

campagne Stop aux accidents de la Route

campagne Stop aux accidents de la Route

Nkondjock aurait pu lui aussi sortir de l’ombre
Il aurait pu se débarrasser de ce visage sombre
Si la route le reliant à Bafang avait pu voir le jour
Si on lui avait offert cette promesse jadis annoncée en tambour
Ahmadou Ahidjo n’avait-il pas personnellement inauguré les travaux de ce tronçon
Dont le projet de bitumage reste depuis, une fiction
Ses dégâts en saison de pluie deviennent innombrables
Quand il ne s’agit pas de morts, il s’agit des pertes matérielles difficilement quantifiables
Le 5 septembre 2015, Simplice Bogni et l’épouse qu’il venait de prendre sont morts aplatis
Par un conteneur tombé d’une semi-remorque que le mauvais état de la route avait abruti
Sur le tronçon Logpom-PK 14, jusqu’à ce jour dans un état piteux
Ils se rendaient à une cérémonie, l’air tout heureux
Le camion tueur avait été piégé par un des trous gigantesques
Qui parsèment cette route cannibalesque
Dont les autres victimes bien qu’anonymes
Continuent de montrer à quel point elle décime
Ici aussi, les populations ont longtemps espéré en vain
Mais espérons que cette souffrance tire désormais à sa fin
Une entreprise chinoise est annoncée à ce niveau
Si tout se passe bien, elle lancera bientôt les travaux
Que lui a confié via le Ministère des travaux publics, le gouvernement
Dont la sensibilité, bien que tardive, se manifeste finalement
Mais il ne faut surtout pas que le chantier ressemble au prolongement du boulevard de la République
Qui au fil des mois, ne laisse aucune raison d’être plus euphorique
Dans plusieurs parties du pays, des routes existent sur papier
Certaines sont devenues d’interminables chantiers.

Cet article est ma contribution dans le cadre de la campagne #StopAuxAccidentsRoutiers initiée par les blogueurs du Cameroun. Demain, vendredi 23 septembre 2016, retrouvez le prochain billet de la campagne rédigé parFrank William Batchou dont le titre est:  » C’est lui le tueur !  » sur son blog: https://frankwilliambatchou.wordpress.com/

Share.

About Author

Leave A Reply