Can 2016 : Le ministre des Transports donne la ligne de conduite

0

Edgard Alain Mebe Ngo’o  a recommandé, ce mercredi 31 août 2016, aux professionnels du transport terrestre du Littoral d’assainir, d’embellir leurs véhicules pour préparer les différentes coupes à venir.

Can 2016 : Le ministre des Transports donne la ligne de conduite

Le ministre donne le carton rouge.

Plus que deux mois pour le coup d’envoi de la Coupe d’Afrique des nations (Can) féminine 2016 au Cameroun. En vue de cette échéance sportive et de la Can masculine de 2019, le ministre des Transports veut assainir le secteur du transport terrestre. C’était l’objet de sa réunion avec les professionnels des transports de la région du Littoral, ce mercredi 31 août 2016 dans la salle des Banquets du service du gouverneur à Douala. «Les professionnels des transports, en particulier du transport terrestre doivent prendre conscience de leurs responsabilités, a ponctué le ministre Edgard Alain Mebe Ngo’o. Et de poursuivre, vous savez, à l’occasion des deux Can, nous aurons les sportifs, les délégations, les touristes. Nous devons assurer leur transport dans des conditions satisfaisantes. Les véhicules doivent afficher un visage reluisant

Le Mintransport ordonne aux propriétaires, chauffeurs de taxi, le respect du code de la route. Ils devront mettre à jour les pièces de leurs voitures.  «Un véhicule qui n’a pas de plaque d’immatriculation peut permettre la circulation des adeptes du terrorisme. Tout véhicule devra disposer d’une carte grise et être facilement identifiable à travers une plaque d’identification. L’obtention d’un permis de conduire pour tout conducteur», prescrit Edgard Alain Mebe Ngo’o. Il appelle aussi les chauffeurs à se vêtir correctement et à appliquer les règles basiques d’hygiène. «Il faut refaire la peinture des véhicules, procéder à la réparation de toutes les pannes. Il faudrait qu’on ait plaisir à prendre un taxi dans la ville de Douala et au-delà», souhaite l’autorité. Les acteurs ont jusqu’au 30 septembre pour s’arrimer aux nouvelles normes.

Véhicules clandestins

Les syndicalistes ont profité de la rencontre pour signifier leurs problèmes au ministre. Présenté comme le doyen des syndicalistes, Emmanuel Kamgoue, président de l’Union des syndicats des chauffeurs des motos-taxis, tricycles et assimilés du Cameroun (Usscam) a d’abord épousé les recommandations du ministre. Selon lui, «nous avons commencé à implémenter ces mesures. Le problème que nous avons c’est le manque de collaboration entre les acteurs et les services déconcentrés du ministère.» Le syndicaliste s’est dit également émoussé par les abus de pouvoir des policiers qui font le contrôle sur les routes. «les véhicules sont envoyés en fourrière sans raison. Les prix fixés par le ministre ne sont pas respectés dans les administrations

Autre problème soulevé par Emmanuel Kamgoue, «vous avez des véhicules clandestins qui desservent le Sud-ouest. Ces véhicules sont tenus pour la plupart par les agents des forces de l’ordre.» «Je reconnais que du côté de l’administration il y a des foyers de tracasseries, a avoué le ministre. Beaucoup de responsables des forces de sécurité et de défense font du transport clandestin. Il faut que cette situation cesse.» Le gouverneur Dieudonné Ivaha Diboua a reçu la mission de mettre sur pied un comité régional de suivie de la sécurité routière.

Valgadine TONGA

Share.

About Author

Leave A Reply