Rdpc: Le retour des grandes gueules dans l’agora

0

L’annonce de la candidature de Saint Eloi Bidoung à la présidence du Rassemblement démocratique du peuple camerounais est ô combien osée. Ce qui laisse songeur sur le sort de l’homme et de sa candidature.

Rdpc: Le retour des grandes gueules dans l'agora. Lavoixdukoat.com

Saint Eloi Bidoung

Le 3ème adjoint au Maire de la Commune d’arrondissement de Yaoundé VIème a annoncé dans une tribune libre parue dans les quotidiens de la place il y a une semaine- sa candidature à la tête du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). Si Saint Eloi Bidoung doit présenter sa candidature lors du congrès électif  du parti au pouvoir, -théoriquement prévu cette année- il doit, d’ores et déjà avoir des soucis quant à l’éventualité, pour lui, de candidater.

Dans une tribune libre intitulée « Réponse à Saint Eloi Bidoung le débat ou le combat: il faut choisir! », tribune parue dans le journal du Rdpc « L’Action » du 7 juillet 2016, Christophe Mien Zok émet des doutes sur l’accréditation de la candidature de ce dernier. Le Directeur de l’organe de presse, de l’information et de la propagande du comité central du Rdpc précise : «Pour être éligible, il faut être électeur, donc délégué au congrès. Cela ne dépend pas de Paul Biya ou de Jean Nkuété». Puisqu’il s’agit, visiblement, d’un référentiel des textes du parti au pouvoir.

«Des suppôts du diable»

Au sujet lié au procédé de nomination des Chefs de délégation, membres et chargés de mission du Rdpc, question soulevée par Saint Eloi Bidoung, Mien Zok répond en s’appuyant sur l’article 28 al.3 des statuts dudit parti. Le membre titulaire du comité central relève aussi les remarques de forme dans la tribune publiée par l’élu municipal. Si Saint Eloi Bidoung  pense que «le Rdpc, Rassemblement des danseurs professionnels, Rassemblement des détourneurs du parti des Camerounais ou Rassemblement des pilleurs et détourneurs de caisse est dirigé par des barbouzes, des mercenaires, des suppôts du diable, caractérisés par l’imposture, la forfaiture, la sorcellerie et le vaudou», Mien  Zok réagit à la charge, en soutenant que «cette diatribe articulée autour de l’injure et de l’invective est excessive et vaine». Et pour cause, «Ces couteaux à double tranchants (référence faite aux propos de Saint Eloi Bidoung, ndlr) blessent autant ceux à qui ils sont destinés que l’auteur lui-même».

«Retour à la dictature»

Le 3ème adjoint au Maire de Yaoundé VIème, qui veut challenger Paul Biya au prochain congrès électif du Rdpc, «envoie des signaux forts et demande au candidat naturel, sous divers tons, de se retirer.» Saint Eloi Bidoung n’hésite pas à tirer à boulets rouges sur le Secrétaire général du comité central du Rdpc. D’après l’élu du peuple, «Jean Nkuété et sa région ont organisé un putsch en se servant de la naïveté du Président Paul Biya et en usurpant sa signature». C’est pourquoi il fustige le procédé de nomination des délégations permanentes du comité central parce que, explique-t-il, dans un rassemblement politique dit démocratique, les nominations ne doivent pas prédominer sur les élections. Le propriétaire d’un circuit de loisir célèbre au quartier Melen à Yaoundé VI estime, au demeurant, que le fait de n’être pas éligible, comme le relève Mien Zok, est «un retour à la dictature» au sein du Rdpc. Saint Eloi Bidoung ne se sent pas importuné par des allégations de l’éditorialiste du journal L’Action et ne se considère non plus comme un «adversaire intérieur au Rdpc». Aussi s’obstine-t-il à faire prévaloir sa vision du parti au pouvoir qui a besoin d’un Aggiornamento et d’une métamorphose à la tête. Bidoung veut, pour ainsi dire,  nettoyer les écuries d’Augias du Rdpc en général et du comité central en particulier, en commençant par P. Biya qu’il veut remplacer au sommet de cette organisation politique.

Serge Aimé  Bikoi, Journaliste indépendant

Share.

About Author

Leave A Reply