Rapport : Gabegie à l’Agence de l’électrification rurale

0

Plus de 4 millions Fcfa de déficit et de dépenses non justifiées pour plus de 45 millions Fcfa. C’est le constat de la Chambre des comptes de la Cour suprême qui a épluché les cahiers de comptes de cette entreprise publique pour la seule année 2004.

Rapport : Gabegie à l’Agence de l’électrification rurale, Lavoixdukoat

Aer, ça sent la gabegie par ici.

Après la présidence de la République et le Sénat, c’était autour de l’Assemblée nationale de prendre connaissance du rapport annuel 2014 de la Chambre des comptes de la Cour suprême. Dans ce document, qui rend compte des missions d’audit de gestion des structures de l’administration publique, et  des entreprises parapubliques, les magistrats de cette institution ont relevé des fautes de gestion dans les cahiers comptables de l’Agence d’électrification rurale (Aer). Dans son arrêt définitif n°16/ad/s3/14 du 16 juin 2014, les juges relèvent « un déficit » de plus de 4 millions Fcfa « entre l’encaisse du document intitulé ‘‘compte de gestion exercice 2005’’ et le solde de clôture de la balance générale des comptes ». A côté de cela, le rapport note « le paiement au président du Conseil d’administration de la somme de 10 millions Fcfa au titre des honoraires et des frais de réception, sans base légale ».




Dans le même registre, la Chambre des comptes s’émeut devant le paiement « irrégulier » aux personnels de plus de 6 millions Fcfa « au titre des frais des missions ». Autres éléments de gestions qui ont inquiété les magistrats de la Cour suprême, un chèque de plus de 8 millions Fcfa qui représente le « fractionnement d’une lettre de commande en bons de commande », et les 21 millions Fcfa dont les pièces justificatives des dépenses n’ont pu êtres produites par l’Aer. Soit un peu plus de 49 millions Fcfa imputables à l’agent comptable qui n’a pu apporter « aucune réponse pour justifier tous ces paiements irréguliers » note le rapport. L’agent comptable est par là « débiteur vis-à-vis de l’Agence d’électrification rurale du Cameroun ».




Pour mémoire, l’Aer est, depuis le décret présidentiel de juin 2013, l’organe qui réorganise la structure, chargé d’assurer « la promotion et le développement de l’électrification rurale sur l’ensemble du territoire national ». Moussa Ousmanou en est le directeur général depuis une quinzaine d’années, et Faï Yengo Francis, ancien gouverneur de la région du Littoral assure la présidence du Conseil d’administration.

Ludovic AMARA

Share.

About Author

Leave A Reply