Après le court séjour privé…Paul Biya revient sans son épouse

0

Le chef de l’Etat a regagné Yaoundé samedi dernier, après une longue absence. Fait remarquable, Chantal Biya, qui a quitté le Cameroun il y a 45 jours, n’était pas aux côtés de son époux.

Le chef de l’Etat a regagné Yaoundé samedi dernier, sans Chantal Biya, qui a quitté le Cameroun il y a 45 jours. Lavoixdukoat

Paul Biya. Il est revenu seul.

28 jours. C’est le temps qu’aura mis le dernier « court séjour privé » du président de la République « en Europe ». Parti le 27 mai, « en fin de matinée » d’après un communiqué du directeur du Cabinet civil de la présidence de la République, ce n’est que samedi 25 juin 2016 que les Camerounais ont de revu le chef de l’Etat. Ledit communiqué faisait par ailleurs état des membres de la délégation de Paul Biya, trois personnes. Sur son compte twitter, le président relevait le caractère « restreint » de cette délégation, mais ne faisait pas mention de la cinquantaine de « collaborateurs » qui accompagnaient, ou qui avaient rejoint les proches collaborateurs du chef de l’Etat.




Un autre élément qui n’a pas échappé aux observateurs, c’est l’absence de la première Dame, à l’aller, comme au retour, elle qui est de tous les déplacements de son illustre époux. Par ailleurs, contrairement au moment de son départ, où le chef de l’Etat n’avait accordé aucune audience au pavillon présidentiel comme de coutume, Paul Biya a échangé à son arrivée avec le Premier ministre, les présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale entre autres.

L’activité présidentielle du chef de l’Etat, « qui travaille partout où il est », selon ses collaborateurs, s’est limité en l’envoie de lettre de félicitations aux différents dirigeants de la planète, et à la signature de quelques décrets. Le pays, sur pilote automatique, a quand à lui, fait face à la crise de la grippe aviaire, aux inondations à Douala, à la fusillade dans un camp de la gendarmerie dans la capitale économique, à la guerre contre Boko Haram, mais aussi à la contestation du projet de loi portant révision du code pénal en étude au niveau du parlement.




S’agissant du parlement, Paul Biya va, au chapitre des dossiers qui l’attendent, piloter la fin des travaux dans les deux Chambres, et la fin de la session annoncée pour le 1er juillet. Le président Biya va également suivre les travaux d’organisation du congrès ordinaire de son parti, le Rdpc, mais également procéder à la nomination de tenant de postes longtemps restés vacants.

Ludovic AMARA

Share.

About Author

Leave A Reply