Sommet sur la sécurité : La Communauté internationale en renfort

0

Dans son intervention  samedi au sommet sur la sécurité d’Abuja (contre Boko Haram), le chef de l’Etat a remercié les partenaires internationaux pour leur soutien dans la guerre contre Boko Haram. Les grandes puissances, mais aussi les pays de la sous région et de l’Union africaine. Une coopération qui a permis de mettre Boko Haram sur la défensive, même si les participants au sommet d’Abuja reconnaissent tous que « la menace reste présente ». Retour sur les appuis internationaux du Cameroun.

Hollande (à gauche) et Buhari (à droite) au sommet d'Abuja.

Hollande (à gauche) et Buhari (à droite) au sommet d’Abuja.

La France : La chronique populaire a donné des sueurs froides à la diplomatie française. Dans les chaumières et dans les bistrots, on voit la main de Paris derrière Boko Haram «pour déstabiliser le Cameroun ». Pas déstabilisée par cette chasse aux sorcières, l’ancienne puissance coloniale va réaffirmer sa position contre le terrorisme et apporter son soutien politique, diplomatique, et militaire au Cameroun. Sur ce dernier point, Paris va envoyer des instructeurs militaires pour aider les forces de défenses camerounaises à y faire avec les Engins explosifs improvisés, mines de conception artisanales qui tuent les soldats sur les routes. A coté, c’est du matériel militaire qui est remit pour renforcer les capacités opérationnel des troupes. Dernier en date, la remise, en janvier dernier, de 11 véhicules tactiques complètement équipés, ainsi que du matériel non létal comme des gilets pare-balles ou des équipements de transmission. De même, la force militaire française « Barkhane », qui combat le terrorisme dans le Sahel partage le renseignement avec les autorités camerounaises.




Les Etats-unis : « Uncle Sam » n’est pas resté sourd à l’appel du n° un camerounais, qui en janvier 2015, à la faveur de la cérémonie de vœux au corps diplomatique lançait un appel à l’aide international contre Boko Haram : «A menace globale, riposte globale », ponctuait Biya. Après avoir livré du matériel pour la protection des soldats sur le front, les Etats-unis ont fait déployer 300 soldats de la 2ème brigade et du 3ième bataillon pour aider le Cameroun. Basé à Garoua, les soldats américains forment leurs homologues camerounais dans les missions de renseignements, notamment dans le maniement des drones. Six véhicules Pskv (Peace Keeping Security Vehicule) ont été également été remis, au titre de don, à l’armée camerounaise. L’armée américaine forme également des marins camerounais pour parer à toutes attaques de pirates sur les cotes.

La Russie : La Fédération russe est l’une des premières puissances à s’engager aux cotés du Cameroun pour repousser les incursions des islamistes armées. Dès janvier 2015, le chef de la mission diplomatique russe est reçu par le président de la République. Nicolay Ratsiborinski va affirmer à son hôte que son pays va fournir au Cameroun l’aide militaire et technique nécessaire pour venir à bout de Boko Haram. De l’artillerie lourde, des missiles, de la protection aérienne, des systèmes anti-aériens de missiles ainsi que de canons vont progressivement équiper les forces de défenses, et des militaires russes envoyés pour la formation à l’utilisation de ce matériel.




Au Sommet de sécurité d'Abuja

Au Sommet de sécurité d’Abuja

Royaume-Uni : Le gouvernement de sa majesté à sorti le chéquier pour lutter contre Boko Haram. En avril 2015, le Foreign Office annonce le déblocage de plus de 4 milliards Fcfa pour soutenir l’effort militaire de la Force multinationale mixte. Cette coalition des pays membres de la Commission du bassin du lac Tchad plus le Bénin, mise en place pour combattre Boko Haram. « Le Royaume Uni soutient pleinement les efforts du Cameroun, du Tchad, du Nigéria, du Niger, du Bénin et d’autres partenaires régionaux pour lutter contre le fléau Boko Haram. D’importantes victoires sont déjà enregistrées sur le terrain. La force mixte continuera de jouer un rôle important dans la lutte contre cette insurrection terroriste», avait alors déclaré Brian Olley, Haut commissaire de Grande Bretagne au Cameroun.

Allemagne : Novembre 2014 l’Allemagne remet 120 véhicules à l’armée camerounaise pour combattre Boko Haram.  Dans le détail, il s’agit de 60 jeep Wolf, de marque Mercédès et 60 camions de marque Unimog-Mercédès. Certains des camions sont montés de pièces d’artillerie quadri tubes de 14.5 mm à longue portée. Au surplus, l’Allemagne offre un séjour de perfectionnement au personnel militaire camerounais appelé à ce servir de ce matériel. En février 2015, la Chancelière allemande promettait de soutenir financièrement un force de lutte contre Boko Haram.

Chine : L’empire du milieu s’est depuis engagé a aidé à la formation et à l’équipement du Cameroun. La Chine pourvoir les forces de défense en matériel militaire et en conseiller techniques.

L’Union européenne : La guerre contre Boko Haram n’a pas fait que mettre l’armée aux prises avec les incursions armées des djihadistes, elle a aussi provoquées d’importants déplacements de populations et une crise humanitaires sans précédant pour me Cameroun. Face aux réfugiés, le pays a pu compter sur le soutien des « 25 ». L’Union européenne a débloqué, entre autre, pour la gestion de la crise humanitaire, plus de 4 milliards  Fcfa. Des projets de développement et d’insertion socio professionnel ont également été financés dans la région de l’Extrême-nord, la plus touchée par le phénomène.

L’Union africaine : L’organisation régionale a apporté son onction à la Force multinationale mixte dont elle a donné le crédit politique. La Commission de l’Union Africaine a également pris sur elle de porter le dossier Boko Haram à la grande tribune de l’Onu, et appelé les pays du continent à participer au financement de la Fmm.

L’Onu : Comme l’a souligné le président Paul Biya à Abuja, le système des Nations-unies au Cameroun est venu en aide aux « réfugiés et aux déplacés », a travers ses organismes spécialisés, tels le Haut commissariat aux réfugiés, mais aussi Médecins sans frontières.

L.A.

Share.

About Author

Leave A Reply