Mortalité maternelle : 782 décès pour 10.000 naissances au Cameroun

0

La 8ème édition des journées scientifiques nationales tenues du 21 au 23 avril dernier pour remettre en question la profession de sage femme.

Renforcer les capacités de la sage femme.

Renforcer les capacités de la sage femme.

Selon les enquêtes démographiques de santé au Cameroun, depuis 2004 jusqu’à ce jour, le taux de mortalité maternelle est resté à 782 pour 10.000 naissances. Et le taux de la 4ème consultation prénatale est passé  de 62.2% à58.8% ce qui se caractérise par un faible taux d’accouchement assisté. Pendant ce temps, la santé est restée une affaire clinique, occultant la place de la communauté dans le système. Avec ces journées scientifiques nationales, il est question d’améliorer une bonne collaboration de la communauté et les professionnelles de la santé. Pour Annie Hortense Atchoumi présidente nationale de l’association des sages femmes et assimilées du Cameroun (Asfac), les assises d’Ebolowa permettent aux  sages femmes  d’étendre leur champ de visibilité sur le plan national. C’est également un instant pour elles,  de faire la promotion de leur profession. Le but visé ici étant d’améliorer la qualité des prestations dans les formations sanitaires. Il est question de parler de la prise en charge, de l’accueil des patientes, une manière de se trouver au centre de leur profession et de savoir en défendre. Raison pour laquelle, cette 8ème édition a eu pour thématique,  « la participation communautaire et la sage femme pour une maternité à moindre risque ».

Pour François Vincent de Paul Amessé délégué régional de la santé publique, ce qu’on reproche a trait à la mortalité. Et cette mortalité se trouve chez la femme, la mère et chez l’enfant. Compris ainsi, on voit une contribution significative de l’Asfac à la réduction de la mortalité mère-enfant. Elles utilisent comme mode d’action, la sensibilisation, mobilisation mais surtout le renforcement des capacités pour une meilleure prise en charge dans les formations sanitaires. C’est la volonté du ministre de la santé publique au Cameroun selon Dr Seidou Moluh son représentant à ces assises. Pour lui, l’action de cette association vise à améliorer la santé de la mère et de lutter contre la mortalité maternelle. Il s’agit là,  de la stratégie du Minsanté à réduire cette mortalité par l’assistance à l’accouchement par les professionnelles qualifiées.

L’action de l’Asfac augure encore des lendemains meilleurs avec ses effectifs qui vont grandissants, environ 700 membres inscrits ont tenus à vivre les travaux d’Ebolowa. Les prochaines scientifiques nationales de l’Asfac se tiendront à Bertoua dans la région de l’Est.

J.P.S

Share.

About Author

Leave A Reply