Tradition : Le Ngondo sur les traces de la lumière

0

Le thème de l’édition 2016 vient d’être dévoilé, ce mercredi 20 avril 2016, à la presse à Douala.

Sa Majesté Mbodi Epee.

Sa Majesté Mbodi Epee.

«Mwaye», entendez par là lumière en langue ‘‘duala’’. C’est autour de cette expression que le Ngondo place l’année 2016. Par ricochet, les activités de la fête du peuple Sawa seront bâties sur ce thème. Révélation faite par le comité en exercice du Ngondo, mercredi 20 avril 2016 au Palais Dika Akwa à Douala. «Ce thème a été tiré du message du Ngondo 2015, à l’issue de l’immersion du vase sacré (dans les berges du Wouri lors de la fête de l’eau, le 6 décembre dernier) qui disait ‘‘la lumière est possible mais restons vigilants’’», a argumenté le secrétaire général adjoint n°1 du Ngondo, Pamphile Yobe. Et de souligner que la lumière «vivifie et apaise. Elle rassure et sécurise. C’est l’aura, la blancheur, la transparence, bref le contraire de tout ce qui peut être obscur…avec pour corollaire toutes ces nocivités et nuisances que sont le mensonge, le doute, la tristesse, l’obscurantisme, la jalousie, l’égoïsme voire la mort.» Le message des anciens, dit-il est «une invite à accéder au phénomène de la lumière qui s’annonce, une invite à pouvoir jouir et exploiter de manière optimale ce phénomène de bonheur qui nous est destiné.»




La conférence de presse a en outre permis au nouveau bureau exécutif du Ngondo, installé le 5 mars 2016, de présenter sa feuille de route. Le président dudit bureau, Sa Majesté Mbodi Epee Gaston, chef du canton Bassa, met l’emphase sur les travaux de construction de la maison de la culture Sawa. Un projet estimé à 6milliards Fcfa et qui doit être réalisé sur trois ans. Il interpelle d’ailleurs les membres du Ngondo, les fils Sawa, les sympathisants et autres bienfaiteurs à faire preuve de générosité. La mise sur pied de la radio communautaire Sawa pour promouvoir les cultures camerounaises est presque achevée. Le lancement est prévu en juin prochain. Le président en exercice du Ngondo se donne aussi pour défis de suivre l’aménagement du site des cérémonies sur les berges du Wouri ; corriger les défaillances protocolaires telles les cafouillages, l’anarchie ; redynamiser les commissions et sous-commissions ; responsabiliser les patriarches…
V.T.

Share.

About Author

Leave A Reply