Scène : Bassek Ba Kobbio souffle sur les 20 bougies des Ecrans Noirs

0

Les festivités marquant la 20è édition du festival qui réunit chaque année les amateurs et professionnels du 7è art africain se déroulent du 15 au 23 juillet 2016.

Affiche Ecrans Noirs 20e édition.
Moteur, ça tourne ! Revoici les Ecrans Noirs. Pour cette édition anniversaire placée sous le thème « Festivals et promotion du cinéma », le Comité d’organisation entend peaufiner au détail près, la grosse machine déployée sur le terrain pour la circonstance. Assurance faite le 13 avril dernier au cours d’une conférence de presse donnée par le Délégué général dudit festival, Basseck Ba Kobhio à la Fondation Muna de Yaoundé. Le père fondateur de ce rendez-vous qui se prépare à passer le flambeau à la jeune garde, se réjouit d’emblée de ces dix bougies sur lesquelles il va souffler. « Je suis heureux de vivre ce moment. Nous n’avons pas encore épuisé toutes les possibilités de la préparation de cette édition mais je peux vous dire que je suis satisfait de ce qui a été fait. Le cinéma camerounais n’a pas dépéri. Nous sommes à la base de ces nombreux jeunes cinéastes. Le cinéma anglophone résulte également du festival Ecrans Noirs. Nous avons contribué à la réalisation de plusieurs activités ». Et le célèbre réalisateur des films « Sango Malo » ou encore « le grand blanc de Lambaréné » de souligner que « cet anniversaire, nous comptons le célébrer de manière festive, ludique mais réflexive aussi, en multipliant les opportunités d’épanouissement non seulement pour les cinéastes et professionnels d’ailleurs et d’ici qui y prendront part, mais aussi et davantage pour les spectateurs et cinéphiles qui découvriront ou redécouvriront le plaisir des projections en salle des films africains ou portant sur l’Afrique et le Monde Noir ».
Le défi du numérique
L’Acte I de ce grand film dont la première diffusion sortira en salle le 15 juillet prochain, c’est la présentation de l’affiche et du logo officiels de la nouvelle édition. Des créations de la graphiste, Marie Silveira, qui ont été retenues par un jury au terme d’un concours lancé en fin novembre 2015. Baptisée « Mémoire », ce travail d’orfèvre présente sur un fond noir, une couleur dorée exprimant d’après son auteure, la noblesse des œuvres produites en 19 éditions. Une bande de film est également illustrée au bas de l’œuvre, afin de symboliser non seulement la rétrospective mais également la projection du festival vers un avenir meilleur. Au bout de deux décennies, il était temps pour les Ecrans noirs de faire preuve d’innovation en relevant un défi de l’heure, celui du numérique. Désormais, le Festival dispose de sa chaîne Youtube. Un plus qui permettra de fédérer une communauté autour du festival, de quoi booster sa visibilité sur la toile.
Internationalisation du festival
L’Acte II s’articule autour du relooking du site web. C’est une plate forme différente qui est présentée aux internautes. A travers l’espace média, les journalistes pourront désormais remplir des fiches d’accréditation. Des galeries photos et vidéos seront mises à dispositions du public qui aura par ailleurs accès à un fil d’actualités relatives aux préparatifs du festival. Des espaces Agenda et Modalités pratiques d’accès au festival seront également disponibles. Selon le directeur du Festival, Marcel Epée, ce sont près de 9000 visiteurs qui ont pris d’assaut le village des Ecrans noirs en 2015, de quoi inciter à voir plus grand. Cette édition anniversaire, annonce-t-il, illuminera également les salles de cinéma d’autres capitales africaines notamment à Libreville, Brazzaville et Bangui quoique « l’internationalisation n’est pas une première en tant que tel ». Sur le plan national en dehors du site du village du festival, une dizaine de mairies rurales accueilleront ce temps fort du 7e art.
C.T.

Share.

About Author

Comments are closed.