Spectacle : Kareyce vespérale sur une falaise au milieu de sept collines

0

La jeune et talentueuse artiste camerounaise a clôturé sa série de spectacles intitulée « sur le chemin de Kareyce » par un show inoubliable qu’elle a offert au public de Yaoundé vendredi 08 avril 2016 devant un parterre d’invités.

Sur chemin de Kareyce.

Sur chemin de Kareyce.

Il fallait être là pour le vivre. Il fallait être là pour le sentir et non de se le laisser raconter. Salle de spectacle majestueusement décorée et transformée le temps d’une soirée (inédite) en une case de la chefferie traditionnelle Bandjoun dans le département du Koung-Khi. Lumière impeccable ; magie de l’effet 3D en arrière-plan de la scène, sonorisation irréprochable, Leonard Châtelain, imprésario d’une élégance et d’une éloquence incontestable… La machine du comité technique d’organisation pilotée des mains de maître par Chinois Yangueu pour Cy Entertainment, a déployé l’artillerie lourde pour ce troisième et dernier spectacle de Kareyce Fotso à Yaoundé. Pour un happy end, on n’en demandait pas mieux. Pendant deux heures de live non-stop, la princesse des montagnes aujourd’hui citoyenne du monde, a démontré que la musique c’est sa vie, sa fortune.
En 120 minutes, l’artiste, chaleureuse, énergique et pénétrante a réussi à faire monter l’adrénaline dans le public. Et montrer que cette aventure musicale, loin d’être précoce, est le fruit d’un long travail abouti. Entre communion, partage et symbiose, le spectacle n’était plus donc qu’une simple succession de titres mais, une carte postale que la diva a décidé d’offrir à ses nombreux fans dont la liste continue de s’allonger. Et le résultat, au regard des applaudissements bien nourris qui ont accompagné Kareyce et ses musiciens, témoigne de ce que sa musique est bien accueillie. Après le soleil de Sanzy Viany qui illumine la première partie du show, la soirée s’ouvre avec le titre Manke chanté en Bassa. Puis s’enchainent Lomdie, Azani et Kak pou tseu (ghomala’a) ; Kowadi (Fufuldé) ; pac-ler française ; ensuite déroule son célèbre Mayolé, titre qui l’a révélé au monde. Tiwassa, Messa, Ndolo comment ça va… Un véritable voyage en plein cœur des cultures du Cameroun que le public conquis, a salué à sa juste mesure. Marque de gratitude à André Manga qui va l’accompagner sur un titre en hommage à l’Eternel, marque d’affection à l’endroit de sa tendre maman qui va essuyer ses larmes de joie, reconnaissance à tous ceux qui l’ont tenu par la main…l’émotion est à son comble.
Unité nationale
Debout. Juchée sur son tabouret ou assise à même le sol, jouant de la guitare ou de la Sanza. Balançant avec grâce ses bras et bougeant avec sensualité son bassin, arrachant des « yes mama » à un admirateur, la voix de l’ancienne membre du Korongo Jam est puissante, transmettant la même émotion. Chaude et vraie. Mais cette artiste complète et plurielle, qui a passé sa tendre enfance au quartier Mvog-Ada à Yaoundé, se revendique Ewondo (peuple autochtone de Yaoundé, ndlr). Partant de son Ouest d’origine, du Centre sa tribu d’accueil, du grand nord et même du Littoral, Kareyce sait faire danser sans exclusion toutes les tribus du Cameroun. A peine a-t-elle lâché la première phrase que toutes ses chansons sont reprises en chœur.
Osmose, respect de l’autre, rencontres, une musique toute en couleur. Une musique bien à elle, ni pop, ni jazz, ni classique, ni musique traditionnelle mais une heureuse mixité contemporaine interprétée par des instruments anciens et d’aujourd’hui. Héraut d’une musique sans frontières, la princesse Fotso mélange balafon, guitare acoustique ou guitare électrique, percussions et batterie, et s’ouvre aux nouvelles influences. Pour ce dernier spectacle, la médaillée d’argent aux Jeux de la Francophonie 2009 qui célèbre l’unité nationale en chansons, a choisi de mettre en lumière toute la richesse dont son pays regorge. Après 2h de régal, la soirée s’achève. Pari réussi ! Le public qui est resté debout pendant une bonne partie du show, n’a pas vu le temps passer. Les absents ont eu tort.

Christian TCHAPMI

Share.

About Author

Leave A Reply